ban600
Voeux

Putsch en Turquie: mandats d’arrêt contre plus de 340 suspects

Putsch en Turquie: mandats d’arrêt contre plus de 340 suspects

La justice turque a émis, mardi, des mandats d’arrêt contre 346 personnes pour liens présumés avec l’organisation de Fethullah Gülen (FETÖ), accusée d’avoir fomenté le putsch avorté de juillet 2016. 

Sur ce nombre, le parquet d’Istanbul a délivré 170 mandats d’arrêt dont certains sont en exercice parmi le personnel militaire, alors que 47 suspects sur 80 ont déjà été arrêtés à Konya (Centre) au moment où 88 autres sur 96 accusés objets de mandats d’arrêt pour avoir utilisé l’application de messagerie cryptée ByLock, qui serait le moyen de communication entre putschistes, ont été interpellés à Mersin (Sud).

Les services de sécurité ont identifié, grâce à l’utilisation de cette application, quelque 60.000 membres du groupe et ont déchiffré une autre application de messagerie cryptée Eagle (Aigle) usitée par des gülenistes.

>>Lire aussi : Deux ex-collaborateurs de Netanyahu arrêtés dans un nouveau dossier de corruption

Cependant, le procureur général d’Ankara en charge des enquêtes sur le coup d’Etat avait indiqué, en décembre dernier, que cette application avait été téléchargée dans les portables de 11.480 personnes à leur insu.

Depuis la proclamation de l’état d’urgence, le pouvoir a lancé une vaste purge dans les rangs des partisans de Gülen. Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées parmi lesquelles 169 généraux, 7.098 colonels et subordonnés, 8.815 policiers, 24 préfets, 73 adjoints au préfet, 116 sous-préfets de districts ainsi que 2. 431 magistrats et 31.784 autres suspects, selon un décompte du ministère de la justice.

Plus de 105.000 fonctionnaires ont été révoqués et près de 5.000 institutions fermées pour des liens présumés avec FETÖ en vertu de décrets-lois pris dans le cadre de l’état d’urgence.

Le gouvernement turc prévoit a prolongé, en janvier dernier, de trois mois supplémentaires l’état d’urgence, marquant ainsi la sixième prolongation depuis cette insurrection avortée qui avait quelque 250 tués, essentiellement des civils, et plus de 2.000 blessés.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire