ban600

ZLECA : les pays de la CEDEAO doivent s’ouvrir à tout autre Etat du continent

ZLECA : les pays de la CEDEAO doivent s’ouvrir à tout autre Etat du continent

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), signataires de l’Accord instituant la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), doivent pouvoir s’ouvrir également à tout autre pays du continent, a affirmé, jeudi à Dakar, le Premier ministre sénégalais, Mohammed Boun Abdallah Dionne, faisant allusion à la demande d’adhésion du Maroc à ce groupement régional.

"Qui peut le plus, peut le moins. Si nous célébrons aujourd’hui la signature de l’accord relatif à la ZLECA, c’est pour dire que les pays de la CEDEAO, s’ils peuvent s’ouvrir à l’Afrique, ils doivent pouvoir s’ouvrir également à tout autre pays du continent", a-t-il dit devant l’assemblée nationale.

>>Lire aussi : Sommet de Kigali pour une ZLECA : Quand l’Afrique prend en main sa destinée pour accélérer son intégration économique

Il a relevé, néanmoins, que "notre processus d’ouverture commerciale doit aller avec la nécessaire protection des industries naissantes de notre pays, la nécessaire protection du système du secteur privé sénégalais", assurant que "nous n’avons pas peur de nous ouvrir à d’autres pays parce que nous sommes déjà dans le processus de la ZLECA, mais nous veillerons en même temps, à protéger les industries naissantes de notre pays".

Pour sa part, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a souligné que l’impact de la ZLECA sur l’économie sénégalaise repose sur l’augmentation des échanges intra-africains qui sont aujourd’hui autour de 16%. Les pays visent une augmentation de 50% d’ici 2024. "50% d’échanges pour le Sénégal, c’est près de 750 milliards de FCFA sur notre commerce extérieur", a-t-il indiqué, rappelant que cet accord demeure d'une grande importance pour l'économie du Sénégal qui est un exportateur net sur le continent.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire