ban600

ZLECA : les pays de la CEDEAO doivent s’ouvrir à tout autre Etat du continent

ZLECA : les pays de la CEDEAO doivent s’ouvrir à tout autre Etat du continent

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), signataires de l’Accord instituant la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), doivent pouvoir s’ouvrir également à tout autre pays du continent, a affirmé, jeudi à Dakar, le Premier ministre sénégalais, Mohammed Boun Abdallah Dionne, faisant allusion à la demande d’adhésion du Maroc à ce groupement régional.

« Qui peut le plus, peut le moins. Si nous célébrons aujourd’hui la signature de l’accord relatif à la ZLECA, c’est pour dire que les pays de la CEDEAO, s’ils peuvent s’ouvrir à l’Afrique, ils doivent pouvoir s’ouvrir également à tout autre pays du continent », a-t-il dit devant l’assemblée nationale.

>>Lire aussi : Sommet de Kigali pour une ZLECA : Quand l’Afrique prend en main sa destinée pour accélérer son intégration économique

Il a relevé, néanmoins, que « notre processus d’ouverture commerciale doit aller avec la nécessaire protection des industries naissantes de notre pays, la nécessaire protection du système du secteur privé sénégalais », assurant que « nous n’avons pas peur de nous ouvrir à d’autres pays parce que nous sommes déjà dans le processus de la ZLECA, mais nous veillerons en même temps, à protéger les industries naissantes de notre pays ».

Pour sa part, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a souligné que l’impact de la ZLECA sur l’économie sénégalaise repose sur l’augmentation des échanges intra-africains qui sont aujourd’hui autour de 16%. Les pays visent une augmentation de 50% d’ici 2024. « 50% d’échanges pour le Sénégal, c’est près de 750 milliards de FCFA sur notre commerce extérieur », a-t-il indiqué, rappelant que cet accord demeure d’une grande importance pour l’économie du Sénégal qui est un exportateur net sur le continent.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire