ban600

70 000 personnes fuient les violences dans l’ouest éthiopien

70 000 personnes fuient les violences dans l’ouest éthiopien

Plus de 70 000 personnes ont fui les violences à caractère ethnique dans l’ouest de l’Ethiopie, ont indiqué mardi des responsables, faisant ainsi état de troubles qui ont exercé des pressions sur le Premier ministre réformateur Abiy Ahmed.

Des habitants de la région de Benishangul-Gumuz ont déclaré que la violence avait éclaté vendredi après la mort de quatre responsables locaux lors d'une visite dans la région voisine d'Oromiya.

Des oromos vivant à Benishangul-Gumuz ont été attaqués par des membres d’autres groupes et beaucoup d’entre eux ont fui à Oromiya, ont indiqué des habitants, qui ont demandé à ne pas être nommés.

L’administration de la région d’Oromiya a déclaré mardi que le nombre de personnes qui avaient fui leur domicile avait «dépassé les 70 000».

→ Lire aussi : Explosion en Ethiopie: le FBI va aider à l’enquête

Abiy - le premier leader Oromo du pays diversifié - a pris ses fonctions en avril et a renversé la politique en faisant la paix avec l’Erythrée, libérant les prisonniers et promettant une série de réformes économiques et politiques radicales.

Il a également promis d'atténuer les tensions ethniques et de détourner l'État d'une politique de sécurité intransigeante en place depuis des décennies.

Mais les commentateurs affirment que son assouplissement des restrictions pourrait avoir entraîné une recrudescence de la violence face aux rivalités de longue date entre groupes ethniques.

Près d'un million de personnes ont été forcées de quitter leur foyer dans le sud de l'Ethiopie depuis que des affrontements ont éclaté dans cette région en avril, selon les agences onusiennes.

Reuters

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :