A LA UNEÉditorial

A la conférence du Pelindaba, Youssef Amrani a bel et bien pris part, et la junte algérienne déchante

Hassan Alaoui

Les mensonges ayant la peau dure à combattre, ceux que la junte algérienne, relayée par une armée de journalistes à sa solde, fait déferler nous interpelle toujours. Ainsi du traitement de l’information concernant une prétendue et fausse « expulsion de Youssef Amrani de la conférence des Etats parties du Traité de Pelindaba » réunie récemment au siège du Parlement panafricain (PAP) en Afrique du sud pour sa 5ème session. Les ordres mensongers étant donnés par le pouvoir algérien à sa presse, celle-ci a rué dans les brancards, fidèle à son réflexe pavlovien pour se réjouir de cette soi-disant « expulsion du Maroc », décrite avec des menus détails qui ne résistent nullement à l’examen.

Preuve de cette diversion mensongère est la photo que nous publions de l’ambassadeur du Maroc, bien campé au pupitre officiel de la conférence en train de prononcer son allocution. Preuve aussi de la présence derrière lui, figurant sur la même photo, du secrétaire général de cette conférence qui est aussi le représentant de l’Algérie. La réalité , que la presse algérienne à la botte de sa junte escamote délibérément, est comme tout le reste : un tissu de mensonges sur fond de haine du Maroc, membre de l’Union africaine dont il demeure le fondateur en 1961 à Casablanca et en 1963 à Addis Abeba – à une époque où l’Algérie n’existait même pas – et aujourd’hui, l’un des tout premiers investisseurs dans le continent. L’autre réalité est que le gouvernement algérien, muni simplement de sa mauvaise foi et son obstination à combattre le Maroc, oublie que celui-ci demeure un pilier économique et diplomatique en Afrique, un incontournable partenaire de la quasi-totalité des pays du continent.

→ Lire aussi : Youssef Amrani met en exergue les choix visionnaires de SM le Roi

Youssef Amrani a bel et bien accédé à la tribune de la 5ème conférence du Pelindaba, il y a prononcé un discours magistral au milieu des chefs de délégation africains et autres invités qui l’ont écouté avec un vif intérêt. Il a dénoncé avec force les agissements criminels de l’Algérie et ses complices dans la région du Sahara marocain, dont l’Afrique du sud. Il n’a de ce fait ni été « exclu », ni même désavoué, quand bien même il a « renversé la table » à sa façon. Ainsi la presse algérienne et ses folliculaires peuvent-ils continuer à prendre leurs rêves pour des réalités. Ainsi s’efforcent-ils à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, rien n’y fait…Morale de l’histoire, le Maroc ne peut admettre la propagande mensongère d’un gouvernement algérien acculé à la dérision et faisant feu de tout bois contre notre pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page