AMIC : Rapport d’activité 2018

AMIC : Rapport d’activité 2018

L’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC) a organisé une conférence de presse ce mardi 16 avril à 10h30 pour présenter le Rapport d’Activité des acteurs marocain du capital investissement.

Cette étude est réalisée pour la 11ème année consécutive par le Cabinet Grant Thornton sous la houlette de la Commission Etudes& Statistiques de l’AMIC présidée par M. Adil Rzal, Président de l’association.

CARACTERISTIQUES DES FONDS

Le rapport d’activité annuel couvre 27 sociétés de gestion (dont 3 dédiées à l’infrastructure) gérant 50 fonds (19 actifs, les autres en phase de désinvestissement ou désinvestis) et représente ainsi la quasi-totalité des sociétés de gestion ayant un bureau au Maroc.

Signe d’une maturité croissante et notamment d’une professionnalisation des équipes de gestion et de la confiance que celles-ci inspirent aux investisseurs, l’indépendance des sociétés de gestion se renforce d’année en année pour atteindre 96% pour les années 2017 et 2018 (début de la 4ème génération de fond). Les équipes actuelles gèrent de façon discrétionnaire et disposent donc du pouvoir décisionnel alors que ce dernier était détenu par les investisseurs dans plus de la moitié des fonds de 2ème génération.

La forme juridique « étrangère » domine largement le paysage de la 4ème génération de fonds avec 83% (en valeur). Seuls 13% (en valeur) des fonds de nouvelle génération adoptent la forme « OPCC» alors que la forme S.A. ne représente plus que 4% (contre 8% en valeur pour les fonds de 3ème génération) et les SAS ont complètement disparu depuis 2012. Les OPCC séduisent donc la minorité d’investisseurs ciblant uniquement le Maroc alors que, pour des raisons liées notamment aux contraintes de change et à la fiscalité (par ex : les conventions de non-double imposition), les investisseurs étrangers optent tous pour des véhicules juridiques étrangers.

CAPITAUX LEVES

En 2018, les capitaux levés atteignent plus d’1,6 Mds MAD ce qui constitue un record depuis le développement du capital investissement au Maroc au seuil des années 2000.

Le cumul des montants levés à fin 2018  s’élève à 19,3 Mds MAD dont 13,8 Mds MAD pour le capital investissement et 5,5 Mds MAD pour les fonds d’infrastructure. Depuis 2012, ce sont les fonds transrégionaux (77%) qui dynamisent les levées de capitaux pour le Maroc.

Depuis 2000, les capitaux levés auprès d’investisseurs étrangers - notamment auprès d’organismes de développement internationaux (SFI, BERD, BEI, BAD et autres) –sont passés de 20 à 80% alors que les levées de fonds auprès des investisseurs institutionnels marocains se contractent…

INVESTISSEMENTS

En 2018, 760 MMAD ont été investis dans 14 PME et 12 entreprises ont bénéficié de réinvestissements. A ce jour, ce sont près de 200 entreprises qui ont reçu un montant global d’investissement en capital de 7,4 Mds MAD.

Les fonds restent généralistes. Avec 44 % des investissements réalisés en 2018, le  secteur industriel s’arroge la première place tandis que celui des services et transport arrive en seconde position avec 1/4 des investissements. Près de 80% des investissements sont réalisés dans les régions de Casablanca-Settat (69%) et de Rabat-Salé-Kénitra en 2018.

La majorité des montants investis (89%) ces 2 dernières années le sont dans à entreprises en phase de développement et 8% sont consacrés à des opérations d’amorçage et risque.

La taille des deals ne cesse d’augmenter. En 2017-2018, 20% des transactions sont supérieures à 100 MMAD. Parallèlement, les investissements inférieurs à 20 MMAD représentent 45% des opérations.

Le ticket moyen est en légère baisse et s’établit à 42 MMAD en 2018 suite à l’activité des fonds Innov Invest qui induit une baisse du ticket moyen de l’amorçage/risque à 7 MMAD. Par contre, on constate une hausse continue du ticket moyen d’investissement dans les entreprises plus matures (65 MMAD).

 DESINVESTISSEMENTS

Après une année 2017 record pour les désinvestissements, les sorties de l’année 2018 atteignent 312 MMAD. Ce résultat se situe dans la moyenne élevée en comparaison avec les niveaux de sorties de ces 10 dernières années.

Il est intéressant de noter qu’avec 1,3 Mds MAD le montant des sorties effectuées en 2 ans (2017/2018) est plus important que le montant atteint (1 Mds MAD) par la 3ème génération de fonds (2012-2016).

En raison de l’atonie de la Bourse et étant donné que 99% des transactions sont minoritaires, près des ¾ des sorties (en valeur) se sont faites auprès du marché secondaire ou du management en 2018.

PERFORMANCE DU SECTEUR DU CAPITAL INVESTISSEMENT

Le TRI brut moyen calculé sur la base de 76 cessions effectives est de 15,8% à fin 2018.

Le multiple global du secteur est de 2 (1,2 pour l’amorçage/risque, 2,4 pour le développement et 1,6 pour la transmission.)

Comme l’an dernier, la durée moyenne de détention des participations est de 6,1 ans.

IMPACT DU CAPITAL INVESTISSEMENT

Les taux de croissance annuels moyens (TCAM) du chiffre d’affaires et des effectifs des entreprises investies à fin 2018 sont respectivement de 12,8 % et 16 %  confirmant l’impact positif du capital investissement en matière de création de valeur et d’emplois.

A ce jour, ce sont plus de 6000 emplois qui ont été créés dans 100 entreprises.

L’intervention des fonds dans les entreprises crée également une dynamique extrêmement bénéfique en matière de responsabilité sociale et environnementale : mise en œuvre de plans annuels de formation, de chartes d’éthique et de valeurs, gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences ou encore actions environnementales et sociétales.

L’impact des fonds est encore plus significatif en matière de gouvernance. Cette dernière s’impose de façon drastique dans les mois qui suivent la prise de participations avec près de 100% des sociétés investies mettant en place audits, comités de suivi de l’activité, outils de reporting, indicateurs de performances et de tableaux de bord ainsi que des politiques de définition et de suivi des budgets.

L’AMIC EN BREF

L’Association Marocaine des Investisseurs en Capital regroupe la majorité des structures de Capital Investissement (Capital Risque, Capital Développement, Capital Transmission / LBO, Capital Retournement) installées au Maroc. Actionnaires professionnels, les 25 membres actifs de l’association accompagnent et financent la croissance de près de 200 entreprises marocaines. L’AMIC compte également 23 membres associés représentant les métiers qui accompagnent et conseillent les investisseurs et les entrepreneurs dans le montage et la gestion de leurs partenariats.

L’AMIC est l’unique association professionnelle spécialisée dans le métier du Capital investissement et est instituée par la Loi 41-05 relative aux Organismes de Placement Collectifs en Capital (OPCC). L’adhésion à l’AMIC constitue, pour les sociétés de gestion, une des conditions d’agrément requises par l’Autorité Marocaines du Marché des Capitaux (AMMC) pour la gestion d’OPCC.

Au-delà de ses missions de déontologie, de contrôle et de développement des pratiques de place, l’AMIC fédère, représente et assure la promotion de la profession du Capital Investissement auprès des investisseurs institutionnels locaux et internationaux, des entrepreneurs, des leaders d’opinion et des pouvoirs publics. Elle contribue ainsi à l’amélioration du financement de l’économie, en particulier à destination des PME, à la stimulation de la croissance et de l’emploi ainsi qu’à la promotion de l’innovation et de l’esprit d’entreprise.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :