Benchamach: “Parier sur les rôles vitaux de la classe moyenne est un élément important pour une société équilibrée”

Benchamach

Parier sur les rôles vitaux de la classe moyenne est un élément important pour la mise en place d’un nouveau modèle de développement et d’une société équilibrée faite de stabilité et de justice sociale, a souligné, mercredi à Rabat, le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach.

Intervenant à l’ouverture du cinquième forum parlementaire sur la justice sociale à la Chambre des conseillers, organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, sous le thème “L’élargissement de la classe moyenne: locomotive du développement durable et de la stabilité sociale”, M. Benchamach a souligné que l’intérêt pour cette classe nécessite une nouvelle stratégie de développement de même que la détermination des priorités et des programmes, conformément aux besoins des différentes classes sociales, en particulier, la classe moyenne.

En outre, M. Benchamach a confirmé que la prise de conscience sur l’importance de la classe moyenne et de son rôle dans la société, nécessite de la placer au centre du futur modèle de développement, notant qu’elle jouera un rôle primordial dans sa réussite.

Le président de la Chambre des conseillers a affirmé, à cet égard, que le Maroc ne peut réaliser son décollage économique et atteindre la paix et la cohésion sociale sans le maintien et l’expansion de cette couche de la société.


Il a également mis en exergue les diverses lacunes des politiques publiques qui entraînent des coûts et des charges supplémentaires non négligeables pour les familles, notamment le coût élevé de l’immobilier, le coût de l’enseignement privé, la faiblesse des transports publics, de même que la mauvaise qualité du système de santé publique, notant que seulement 15% des familles marocaines font partie des classes moyennes ou aisées.

Le président de la Chambre des représentants a relevé que la classe moyenne au Maroc trouve des difficultés de résilience et même de visibilité, en raison du coût élevé de la vie et du dysfonctionnement des services publics.

Dans ce sens, M. Benchamach a souligné que le déclin de cette classe sociale a une incidence visible dans divers domaines économiques, sociaux, politiques et culturels, soulignant que les initiatives économiques et la participation politique de la classe moyenne ont diminué, expliquant à cet effet, qu’elle concentre davantage ses efforts dans la recherche du minimum vital.


Il a estimé que le niveau élevé de l’indice d’endettement des ménages reflète l’ampleur de l’érosion de la classe moyenne, ajoutant que cet indice a enregistré 30% du produit intérieur brut en 2017, dont 64% sont des prêts immobiliers et 36% des prêts à la consommation, ce qui constitue un indice très élevé comparé au reste du monde.

Initié en partenariat avec le Conseil économique, social et environnemental et en collaboration avec les Fondations Westminster pour la démocratie et Konrad Adenauer, ce forum a pour objectif de contribuer à la réflexion sur les moyens de maintenir et d’élargir la classe moyenne.

Les travaux de ce forum portent sur quatre axes principaux, à savoir la place de la classe moyenne dans les agendas institutionnels internationaux et nationaux, les caractéristiques de cette catégorie, les déterminants et les paramètres de l’émergence d’une classe moyenne dans le monde rural et la promotion de la classe moyenne en tant que choix stratégique dans le nouveau modèle de développement.