Brasilia : Le cachet distinctif du Maroc en matière de cohabitation religieuse et de tolérance

Lors d’une rencontre organisée à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Lutte contre l’intolérance religieuse et la journée mondiale des religions, La tradition exceptionnelle du Royaume du Maroc en matière de cohabitation entre différentes religions dans un esprit de tolérance et d’hétérogénéité, a été mise en exergue à Brasilia, ce samedi 21 janvier.

L’ambassadeur du Maroc au Brésil, M. Nabil Adghoghi, a affirmé lors de cette rencontre axée sur la thématique de la tolérance religieuse que ‘’ Le Maroc a fait de la tolérance religieuse et du vivre-ensemble un choix irréversible depuis 12 siècles et la cohabitation entre les religions est une réalité, comme en témoigne l’existence dans différentes villes du Royaume à la fois de mosquées, d’églises et de synagogues“.

Lors de cette rencontre à laquelle ont été conviés des responsables du gouvernement et de l’Assemblée législative du District fédéral, des représentants des polices Militaires et Fédérales, ainsi que des dignitaires religieux et des journalistes, Le diplomate marocain a donné un large aperçu historique des origines de la concorde entre religions qui caractérise le Royaume, en relevant que l’expérience du Maroc “montre qu’il est possible voire nécessaire d’aller sur la voie de la convivialité et d’accepter de vivre dans une société inclusive et plurielle“. Il a ajouté que “Le modèle civilisationnel de coexistence et d’interaction entre les musulmans et les adeptes d’autres religions permet aujourd’hui au Maroc de valoriser ses affluents arabo-musulmans, amazighs, juifs, hassanis et andalous“.

Après avoir évoqué le rôle de SM le Roi Mohammed VI, en sa qualité de Commandeur des Croyants, en termes de protection des droits des musulmans et des non-musulmans aussi bien dans la sphère religieuse que celle de la citoyenneté, l’ambassadeur a affirmé que “le Maroc, qui est particulièrement actif dans la promotion d’un islam tolérant, se positionne aujourd’hui en maillon fort dans la lutte contre l’extrémisme religieux”. Le diplomate marocain  a précisé que plusieurs pays, notamment africains, cherchent à bénéficier de l’expérience réussie du Royaume dans le domaine religieux pour la formation de leurs imams.


En plus de garantir les droits et la liberté de culte de toutes les communautés étrangères et les minorités religieuses établies au Maroc, le Royaume a procédé, récemment, à la réhabilitation de près de 170 sites synagogues et cimetières juifs, a rappelé M. Adghoghi, y voyant “l’exemple vivant de la tolérance qui démarque le Royaume dans le concert des Nations“.

Les différents intervenants ont mis en relief l’expérience du Brésil, en tant que terre de brassage ethnique et de diversité religieuse, en mettant en garde contre l’expansion de l’intolérance religieuse et l’augmentation des cas de persécution religieuse de par le monde. Ils ont également souligné la nécessité de promouvoir le respect et la cohabitation entre les peuples et de s’inspirer des meilleures pratiques en termes de promotion de la tolérance

Oulkhir Chaouki