Coronavirus : Le CFCM appelle les autorités françaises à rendre disponibles les espaces d’inhumation des musulmans décédés

CFCM

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), a appelé, lundi, les autorités françaises à rendre disponibles les espaces d’inhumation des musulmans décédés du Coronavirus.

«Le nombre de victimes de la pandémie de coronavirus ne cesse d’augmenter, laissant de nombreuses familles face à la douleur du deuil et à l’éventualité de ne pas pouvoir inhumer leurs défunts dans le respect de leurs rites. Aujourd’hui, nous nous trouvons face à une crise grave qui appelle une intervention urgente des pouvoirs publics », affirme le CFCM.

Déjà le 23 mars dernier, le CFCM avait demandé « solennellement » au Président Emmanuel Macron, la création de nouveaux espaces d’inhumation. « Cette démarche a été unanimement appuyée par les représentants des autres cultes de France », souligne le CFCM qui a depuis alerté le Premier ministre, Edouard Philippe, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, le Président du Sénat, Gérard Larcher et le Président de l’association des Maires de France, François Baroin, sur « l’aggravation de la situation ».

«Chaque fois qu’une difficulté lui a été signalée, le CFCM a systématiquement saisi le maire de la commune concernée pour trouver des solutions. Cependant, force est de constater que certaines de ces solutions tardent à venir, plongeant les familles dans l’angoisse, l’inquiétude et l’incompréhension », regrette le Président du CFCM, Mohamed Moussaoui.

Aussi, en cette période « historique » que traverse la France, le CFCM demande « solennellement aux maires de France qu’ils prennent leurs responsabilités face à la souffrance et à la douleur de ces familles qui ont perdu un être cher et qui se trouvent en grande difficulté pour inhumer leurs défunts », indique le président du CFCM.


Par ailleurs, le CFCM a appelé « instamment » les familles endeuillées, rencontrant des difficultés à trouver des places d’inhumation pour leurs défunts ainsi que les associations locales, les pompes funèbres et les aumôniers à saisir immédiatement le CRCM de leur région ainsi que le CFCM.