Crise de l’électricité en Afrique du Sud: le rand perd de sa valeur

Afrique du Sud
Afrique du Sud

La crise de l’électricité, qui bat son plein en Afrique du Sud, a provoqué une dégringolade de la devise sud-africaine, le rand, déjà fragilisée par la crise économique qui frappe le pays.

Le dollar américain a été échangé à 14,67 rands à la fin des opérations à la bourse de Johannesburg lundi contre 14,60 vendredi dernier.

La compagnie nationale sud-africaine de l’électricité (ESKOM) a annoncé, lundi, sa décision d’élever les opérations de coupure du courant au niveau 6, soit le plus haut niveau, plongeant le pays dans le noir.

Les délestages, qui ont commencé la semaine dernière, interviennent en raison des défaillances au niveau des centrales déjà vieillissantes de cette compagnie en grave crise financière.

La mise en œuvre du niveau 6 est nécessaire pour éviter l’effondrement du réseau national, a indiqué ESKOM, qui fournit 95 pc de l’électricité produite dans le pays.


→ Lire aussi : Afrique du Sud: Coups de feu dans un tribunal après une tentative d’évasion de 5 détenus

Le retour de ces redoutables délestages, localement appelés «Load Shedding», a ravivé les craintes d’une nouvelle récession dans cette Afrique du Sud, en proie à de graves problèmes socio-économiques.

De nombreux analystes ont indiqué que le pays ne pourra pas échapper à une nouvelle récession en cette fin de l’année 2019, d’autant plus que les nouvelles coupures du courant interviennent quelques jours seulement après la publication de chiffres officiels, montrant que l’économie sud-africaine s’est contractée de 0,6 pc au troisième trimestre de 2019.

Par ailleurs, selon certains rapports, le rand devra continuer à perdre de sa valeur avec l’enlisement de la crise économique et l’éventuelle perte de la dernière note de crédit de l’Afrique du Sud.


D’après Bloomberg, le dollar américain pourrait atteindre 20 rands au début de 2020, si Moody’s dégrade la note sud-africaine.

Moody’s est la dernière des trois agences de notation qui maintient la note sud-africaine à BAA3, soit un cran au-dessus de la catégorie spéculative, avec perspective négative.