Danone: le boycott au Maroc pèse sur les résultats annuels

Danone

Le boycott des produits Danone au Maroc a pesé sur ses ventes et sa rentabilité en 2018, a indiqué mardi le groupe alimentaire.

Le bénéfice net du groupe a chuté de 4,1% en 2018, à 2,35 milliards d’euros, tandis que le chiffre d’affaires stagnait à 24,65 milliards, avec un recul des ventes de 2,1% au quatrième trimestre 2018 plombé notamment par une chute de 35% au Maroc.

En 2018, l’effet du boycott sur les ventes au Maroc “a été de -178 millions d’euros par rapport aux ventes de 2017, provenant à deux tiers d’un manque à gagner sur les ventes de lait et à un tiers d’un manque à gagner sur les produits laitiers”, indique Danone dans un communiqué.

→ Lire aussi : Central Danone perd du terrain

Suivant la même méthode, l’effet du boycott représente une diminution de 43 millions d’euros sur la rentabilité du groupe par rapport à 2017, incluant l’effet des actions de promotion dans le pays pour retrouver la croissance.


“Nous retrouvons des parts de marché dans le lait et les produits frais” au Maroc, a expliqué la directrice générale finances Cécile Cabanis lors d’une conférence téléphonique, mais elle ne s’attend pas à un retour de la croissance avant “la fin de l’année” 2019.

Une campagne contre la “cherté de la vie” visant les stations-service Afriquia, l’eau minérale Sidi Ali et le lait Danone, accusés de positions hégémoniques, a remporté une large adhésion en 2018 au Maroc.

Lancée en avril sur les réseaux sociaux, de manière anonyme, la campagne a été très suivie, obligeant Centrale Danone – détenu à 99,68% par le groupe français – à opérer une baisse d’environ 10% sur certaines briques de lait pasteurisé et la création d’un “format économique” pour tenter de redresser la barre.

MD avec l’AFP