A LA UNE

Décès de 28 Algériens par intoxication au monoxyde de carbone depuis le début de l’année

Vingt-huit Algériens ont trouvé la mort par intoxication au monoxyde de carbone depuis le début de l’année en cours, selon la protection civile locale.

“Durant la période allant du 1er au 19 janvier 2021, 28 décès ont été déplorés et 557 personnes secourues à travers les différentes wilayas du pays suite à l’inhalation de ce gaz toxique”, a précisé le chef de la cellule de Communication à la Direction générale de la protection civile, Nassim Bernaoui.

S’exprimant lors du lancement à Alger d’une campagne de sensibilisation aux risques du monoxyde de carbone, il a affirmé que le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Tiaret (6 décès), suivie d’Alger (3), alors que deux décès ont été déplorés dans chacune des wilayas de Bejaia, Djelfa, Mascara, Mila et Médéa.

En 2020, 126 décès dus à l’intoxication au monoxyde de carbone ont été signalés et quelque 2.247 personnes sauvées, a-t-il rappelé.

Détaillant les raisons de la hausse du nombre des victimes, le responsable a évoqué la vague de froid qui a frappé récemment le pays, obligeant les citoyens à utiliser les appareils de chauffage sans la moindre observation des mesures de prévention et d’aération, à l’origine de la fuite du gaz de monoxyde de carbone, un tueur silencieux, inodore, aussi bien que l’utilisation des chauffages traditionnels, des cuisinières et l’absence du contrôle et de la maintenance des anciens instruments de chauffage.

Selon des statistiques de la protection civile algérienne, il y a une tendance haussière des décès liés à l’inhalation du monoxyde de carbone en Algérie, lesquels sont passés de 100 cas en 2018 à 126 en 2020.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page