A LA UNESanté

Décès d’une jeune fille à Marrakech, le vaccin Janssen pointé

Le vaccin Janssen contre la Covid-19 dont le Maroc a reçu un premier lot de 300.000 doses, serait-il dangereux pour certaines personnes ? En tout cas, une jeune femme a rendu l’âme, lundi 26 juillet, à Marrakech, juste après avoir reçu sa dose du vaccin en question, d’un arrêt cardiaque selon nos sources. Une enquête est ouverte afin de mettre au clair cette affaire.

La jeune femme se serait évanouie juste après avoir été vaccinée et transférée aux urgences avant de décéder peu de temps après. Un deuxième cas mais cette fois-ci comateux a été déclaré dans le même centre de vaccination. Une autre femme qui aurait eu sa dose du même vaccin est tombée dans le coma après des convulsions.

De fait, une enquête a été ouverte par le parquet compétent et une autre par les services de santé pour voir si le vaccin est à l’origine du décès. Par ailleurs, à Casablanca tout comme à Agadir, où le vaccin américain est aussi disponible, aucun incident n’a été signalé. D’ailleurs, il a été administré à plus de 21 millions de personnes dans le monde.

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet par l’AMDH de Marrakech, l’Association demande l’ouverture « d’une enquête transparente pour déterminer les causes du décès de la jeune femme qui a reçu la dose du vaccin Johnson & Johnson le 26 juillet 2021, lorsqu’elle s’est évanouie avec cinq autres jeunes, majoritairement des femmes ».

Si plusieurs personnes ont été vaccinées sans aucun problème, il est toutefois normal qu’après tout vaccin, des effets indésirables et parfois même des complications comme une température élevée ou des évanouissements sans gravité puissent survenir. Pour le moment, c’est l’autopsie qui déterminera les causes réelles et directes de ce décès survenu subitement.

Sachant que des enquêtes de ce genre prennent beaucoup de temps avant d’aboutir, comment être rassuré que les gens qui recevront ce vaccin ne courent pas de risque ?

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page