Des pays européens “regrettent” la décision américaine de se retirer du traité Open Sky

Open Sky

Plusieurs pays de l’Union européenne ont regretté la décision des Etats-Unis de se retirer du traité international Open Sky tout en affirmant partager les “préoccupations” de Washington sur la Russie, a indiqué vendredi le ministère français des Affaires étrangères.

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi le retrait de son pays du traité “Ciel ouvert” destiné à permettre de vérifier les mouvements militaires et mesurer la limitation des armements des pays signataires, dénonçant le non respect du traité par Moscou.

“Nous regrettons l’annonce du gouvernement des États-Unis de son intention de se retirer du Traité ciel ouvert, bien que nous partagions ses préoccupations relatives à la mise en oeuvre des dispositions du traité par la Fédération de Russie”, lit-on dans le communiqué signé par la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, Finlande, l’Italie, le Luxembourg, la République tchèque et la Suède.

Pour les dix pays signataires du communiqué, le Traité ciel ouvert est un “élément crucial” du cadre de renforcement de la confiance qui a été créé au cours des décennies passées en vue d’accroître la transparence et la sécurité à travers la zone euro-atlantique.

Réaffirmant qu’ils continueront à mettre en oeuvre ce traité qui a une valeur ajoutée évidente pour leur architecture de maîtrise des armements conventionnels et leur sécurité commune, ils rappellent que le retrait ne devient effectif qu’au terme d’un délai de six mois.


“Nous continuerons à dialoguer avec la Russie comme cela a été précédemment décidé entre Alliés de l’OTAN et d’autres partenaires européens, afin de régler les questions en suspens telles que les restrictions indues imposées sur les vols au-dessus de Kaliningrad”, précise le texte, qui appelle la Russie “à lever ces restrictions”.