Développement durable: l’expérience du Maroc mise en exergue lors d’une réunion régionale

développement durable

L’expérience marocaine dans les domaines du climat et du développement durable a été mise en exergue, dimanche à Abu Dhabi, lors du Dialogue régional sur le changement climatique pour le Conseil de coopération du Golfe et la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

Le secrétaire général du département de l’Environnement au ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement, Mohamed Benyahia, qui prend part à cette réunion virtuelle, a souligné au cours de son intervention que le Maroc a adopté, au cours des dernières années, une approche volontariste et intégrée qui a favorisé l’harmonisation de la politique climatique avec les objectifs et enjeux de la Stratégie Nationale de Développement Durable, conformément aux directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Cette approche, qui vise à rehausser les ambitions de la politique environnementale marocaine, est notamment axée sur la mise en place du Plan National Climat, dont l’objectif est d’établir une gouvernance climatique forte et de renforcer la résilience aux risques climatiques, d’accélérer la transition vers une économie bas carbone, d’intégrer le domaine territorial dans la dynamique climatique et de renforcer les capacités humaines, technologiques et financières de tous les acteurs, a expliqué le responsable marocain.

Il s’est également arrêté sur l’actualisation de la contribution déterminée au niveau national dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, expliquant que l’objectif global de cette contribution est de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 46% d’ici 2030.

La contribution déterminée au niveau national comprend 65 projets, dont la mise en œuvre implique 9 secteurs économiques, a indiqué M. Benyahia, relevant que la mise en œuvre de 45 pc de ces projets nécessite la mobilisation de ressources financières supplémentaires dans le cadre du financement climatique international.


Les secteurs impliqués dans la mise en œuvre de ces projets sont notamment l’industrie, le logement, les transports, l’agriculture, la gestion des déchets ainsi que celui de la gestion des terres et des forêts, a-t-il poursuivi.

Il a fait noter que la communauté internationale est appelée à rehausser le niveau d’ambition et d’unir ses efforts pour transformer les défis en opportunités de croissance économique et sociale durable, vu que le financement constitue un pilier fondamental de cette transition, exprimant la disposition du Royaume de coopérer dans ce domaine et de partager ses expériences ainsi que les bonnes pratiques, dans le cadre de la coopération Sud-Sud et Nord-Sud.

Abordant la lutte contre les impacts économiques et sociaux du changement climatique, le responsable marocain a indiqué que le Maroc œuvre pour la promotion des mesures d’adaptation efficaces dans les secteurs économiques prioritaires pour le climat, l’amélioration de la gestion et le développement des ressources naturelles, le renforcement de la préservation de la diversité biologique, en plus de garantir un accès aux ressources en eau, de consolider le développement humain et de réduire les inégalités sociales et territoriales.

Pour ce qui est de l’eau, M. Benyahia a fait remarquer que les ressources en eau au Maroc souffrent de la vulnérabilité liée aux fluctuations spatiales et temporelles de la température ainsi qu’au changement climatique, mettant l’accent à cet égard sur l’importance du Plan National de l’Eau 2020-2050, du Programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020–2027 et de la stratégie de lutte contre les catastrophes naturelles et d’adaptation dans le domaine agricole baptisée Génération Green 2020-2030.


Concernant l’énergie, il a précisé que la stratégie énergétique nationale vise à porter la part des énergies renouvelables dans la production totale d’électricité à plus de 52% d’ici 2030, soulignant l’importance des investissements réalisés depuis le lancement de la stratégie en 2009.

Par ailleurs, le responsable a réaffirmé l’engagement volontariste du Royaume du Maroc dans la lutte contre le réchauffement climatique et la mise en œuvre de mesures d’adaptation et d’atténuation dans le cadre d’une approche intégrée, participative et responsable, exprimant l’aspiration du Royaume à ce que la conférence “COP26” soit une conférence pour l’adaptation par excellence et conforme aux circonstances de la pandémie de Covid-19.

( Avec MAP )