En perte de valeur boursière, Ford cherche des partenaires

Ford

Ford est le second constructeur américain en termes de vente, mais sa valeur boursière a atteint son plus bas niveau depuis près de six ans, le mois passé. Cela explique la récente réunion de ses 300 managers les plus importants dans son siège au Michigan.

Ford mise sur la coopération avec d’autres constructeurs automobiles de par le monde afin de baisser ses coûts de production. Il est question de partenariats permettant de mettre en commun la capacité de production et de développement de véhicules.

Ford serait maintenant en pourparlers avec l’allemand Volkswagen et l’indien Mahindra, afin de permettre une coopération de produits et de technologies. S’il y a un endroit dans le monde où Ford perd de l’argent, C’est bien en Europe mais aussi en Amérique du Sud.

Un rapprochement avec Volkswagen sur le volet des véhicules commerciaux serait à envisager. Avec la possibilité de développer ensemble une gamme de véhicules utilitaires, dont des camionnettes.

→ Lire aussi : Le Vice-président de Ford nommé représentant spécial des Etats-Unis en Corée du Nord


Du côté de Mahindra, le constructeur indien pourrait aider Ford en étant une référence dans la réduction des coûts de ses fournisseurs dans la région. Cela pourrait également permettre à Ford de réduire ses dépenses d’ingénierie et d’achat.

“Nous avons des objectifs clairs et il est maintenant temps d’agir”, a déclaré le président de Ford à Reuters dans une interview.

Avec un stock en bourse en baisse de 24% pour cette seule année, le constructeur automobile compte sur ce plan de partenariats : l’objectif est de doubler les marges bénéficiaires à 8% d’ici à l’horizon 2020 ; ils sont actuellement de 4.3% pour cette année.

«Une grande opportunité consiste à tirer parti des forces des autres», a déclaré Hinrichs, président des opérations mondiales, à propos des alliances. “Il y a beaucoup d’opportunités de partager des capitaux, de partager des ressources d’ingénierie. Une alliance avec d’autres constructeurs permettrait donc à Ford de partager ses coûts de production afin d’endiguer la crise qu’elle traverse.


Abdellah Chbani