Festival de Marrakech : Quinze longs métrages en lice pour l’Etoile d’Or

 

Maroc diplomatique avec MAP

Comme à l’accoutumée, Marrakech s’orne de son plus bel ornement quand il s’agit d’accueillir le 7ème art. Quinze longs métrages, célébrant les jeunes et la diversité, sont en lice pour  le Grand Prix l’Etoile d’Or et les autres prix non moins prestigieux (interprétation féminine et masculine, jury, mise en scène) du 15ème Festival international du Film de Marrakech qui s’ouvre vendredi dans la Cité ocre.

Ces films, qui sont pour la plupart une première ou une seconde œuvre, seront départagés par un jury présidé par le célèbre réalisateur américain Francis Ford Coppola, assisté par : Amal Ayaouch (Actrice -Maroc), Sergio Castellito (Acteur, Réalisateur Italie), Richa Chadda (Actrice -Inde), Anton Corbijn (Réalisateur -Pays-Bas), Jean-Pierre Jeunet (Réalisateur -France), Naomi Kawase (Réalisatrice -Japon), Olga Kurylenko (Actrice -Ukraine), Thomas Vinterberg (Réalisateur -Danemark) et Sami Bouajila (Acteur, France/Tunisie).

Questions à Sarim Fassi Fihri


Le Festival de Marrakech, un rendez-vous incontournable du cinéma mondial, est un découvreur de talents puisque plusieurs cinéastes sélectionnés à Marrakech se sont retrouvés nominés aux oscars voire oscarisés, a affirmé Sarim Fassi Fihri, Vice-Président Délégué de la Fondation BDU Festival et Directeur du Centre cinématographique marocain (CCM).

Que pensez-vous de la sélection officielle des films (toutes sections confondues) de cette année?
La ligne éditoriale de Marrakech est la même depuis 15 ans: un cinéma mondial, diversifié et où seule la qualité des films justifie leur sélection. Tous les ans, nous essayons de faire en sorte que toutes les régions du monde soient représentées mais à condition que les films soient intéressants et de qualité.

Dans la compétition officielle, il y a une prédominance de films de jeunes réalisateurs (la plupart sont des premières ou secondes réalisations), pourquoi ce choix?

Le FIFM est un découvreur de talents, plusieurs cinéastes sélectionnés à Marrakech se sont retrouvés nominés aux oscars voire oscarisés. Je pense à Alexander Payne, oscarisé en 2005 et 2012. Son film “Sideways” a obtenu l’Etoile d’Or de Marrakech en 2004. Je pense aussi à Nuri Bilge Ceylan, palme d’or à Cannes en 2014 et invité en 2011 pour animer une masterclass. Debra Granik dont le premier long métrage “Down to the bone” a été sélectionné à Marrakech et où il a obtenu le Prix de la Meilleure Actrice en 2004, a été nominée aux oscars en 2011