A LA UNECulture

La diversité au cœur de la modernité de la société marocaine

« Au-delà de la rhétorique ou d’une posture de bon-aloi, la société marocaine incarne aujourd’hui en Méditerranée l’exemple le plus achevé d’un pays qui a mis la richesse de toutes ses diversités au cœur de sa modernité« , a affirmé, jeudi soir à Rabat, M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi.

S’exprimant à l’occasion de la Conférence sur la « tolérance mutuelle », organisée au siège de la Bibliothèque Nationale par l’Association Marocaine de la Légion d’Honneur (AMLH), M. Azoulay a déclaré à la MAP que « le moment était venu de faire une halte d’étape pour prendre la juste mesure du saut qualitatif et consensuel réalisé par le Maroc dans l’art et la volonté de l’écoute et du respect de l’Autre« .

« Parler du vivre-ensemble au Maroc en octobre 2021 ne peut plus se faire et se dire avec les mots d’hier« , a souligné le Conseiller de SM le Roi, en mettant en perspective « l’impressionnante rapidité avec laquelle les générations montantes se réapproprient désormais ce Maroc ouvert à toutes les sensibilités, à toutes les spiritualités, alors que tout autour de nous continuent à fleurir les archaïsmes et les régressions du repli identitaire et de la fracture« .

De son côté, le Trésorier général du Royaume, M. Noureddine Bensouda, a indiqué que cette conférence est le résultat d’un travail de groupe et la preuve d’une capacité à œuvrer ensemble pour la réalisation d’objectifs communs.

Le thème choisi pour cette rencontre incarne une des valeurs portées par l’AMLH, a-t-il précisé dans son intervention, relevant que le monde actuel, marqué par les effets combinés de la globalisation et du numérique, est devenu « ultra-connecté » et « foncièrement extraverti ».

→ Lire aussi : ONU: La diversité, une « source de force et non pas une menace », selon Guterres

Cette évolution numérique offre, certes, d’énormes opportunités, mais présente également des contraintes impactant les valeurs qui structurent les sociétés, et plus particulièrement la capacité à vivre ensemble, a-t-il soutenu.

Pour sa part, l’ambassadeur de France à Rabat, Mme Hélène Le Gal, a salué, dans une déclaration à la MAP, l’AMLH pour l’organisation de cette rencontre marquée par la présence de conférenciers de haut niveau, en vue d’engager une profonde réflexion et un débat constructif et enrichissant autour de la thématique retenue pour cette conférence.

Elle a aussi saisi cette occasion pour rappeler que beaucoup de Marocains ont reçu la distinction française (Légion d’honneur), faisant remarquer que si les premières distinctions étaient d’ordre militaire, les secondes, elles, ont été octroyées à des personnalités civiles, qui se sont distinguées dans la relation liant la France et le Maroc.

De son côté, le professeur à l’Université de Paris-Est Créteil, M. Ali Benmakhlouf, a expliqué devant l’assistance que le mot tolérance engage un double sens : le premier est « minimaliste » qui consiste à s’abstenir d’interdire, alors que le second est celui d’admettre une manière d’agir et de penser différente de celle adoptée par soi-même, à savoir une « reconnaissance » et « entre-connaissance ».

La tolérance consacre la dualité de l’Homme et se fonde, par ailleurs, sur le principe de la capacité humaine à associer librement les pensées. « C’est ainsi qu’une éducation judicieuse permettrait d’éviter l’uniformité des idées », a-t-il estimé.

Lui emboîtant le pas, le journaliste Abdellah Tourabi a signalé dans son intervention que la singularité de la société marocaine réside dans sa tolérance et son pacifisme, soulignant qu’un souffle de changement positif a touché tous les domaines en matière de tolérance mutuelle, à commencer par les manuels scolaires.

Une véritable évolution s’opère au Maroc qui tend vers plus d’acceptation et de diversité, a-t-il ajouté.

Organisée par l’AMLH à l’initiative de la commission « événements », la conférence sur « la tolérance mutuelle » s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Association en vue de promouvoir des valeurs citoyennes, telles que le vivre-ensemble et l’acceptation de l’Autre, qui sont appelées à structurer les sociétés dans l’espoir d’un monde et d’un avenir meilleurs.

Cette rencontre a été marquée par la participation d’éminentes personnalités issues de divers horizons et d’un parterre d’intellectuels marocains et étrangers.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page