La place de la femme dans les échéances électorales au centre d’un débat à Casablanca

La place de la femme dans les échéances électorales

Des universitaires, des chercheurs et des acteurs associatifs se sont penchés, samedi à Casablanca, sur la gouvernance des affaires locales et les perspectives du renforcement de la place de la femme lors des prochaines échéances électorales.

Tenue à l’initiative de l’Association Nord-Sud pour l’information et le développement et le Fonds d’appui pour la promotion de la représentativité des femmes aux élections, cette rencontre a fait la lumière sur les principes et les dispositions constitutionnels encourageant une présence plus importante de la femme dans les sphères de décision, à travers l’amélioration des conditions de sa représentativité au sein des institutions et conseils élus.

Le débat a établi un parallèle entre la promotion de la participation féminine et la modernisation des méthodes de gouvernance locale, d’autant que la révision de certains aspects juridiques et pratiques liés à cette gestion reste déterminante pour atteindre l’objectif d’une représentativité équitable des femmes.

A cette occasion, le président de l’Association Nord-Sud pour l’information et le développement, Bouchaib Akni a indiqué que l’organisation de ce débat s’inscrit dans le sillage de la dynamique enregistrée en matière de représentativité du leadership féminin au niveau local, notant que cette rencontre inaugure un cycle d’actions similaires pour encourager les femmes à s’intéresser à la gestion locale et à adhérer aux élections, que ce soit par le vote ou la présentation de candidatures.

D’autres intervenants ont appelé au renforcement de la présence de la femme au sein des conseils élus et à la consécration de l’égalité homme/femme, rappelant que la Constitution de 2011 a apporté des acquis considérables en matière des droits de la femme.


Conçue sous formes de débat et d’actions de sensibilisation, cette initiative, lancée en août dernier, tend à contribuer à l’effort de mise en place des conditions propices à une meilleure représentativité de la femme aux échéances électorales et au sein des instances décisionnelles.