L’Australie va se doter d’une agence spatiale nationale

L’Australie décidée à contrer l’influence chinoise dans le Pacifique (MAE)

Le gouvernement australien a alloué 41 millions de dollars australiens (30,5 millions de dollars) pour créer une agence spatiale nationale afin d’aider son secteur de la technologie spatiale à saisir une plus grande part de l’industrie spatiale mondiale estimée à 340 milliards de dollars.

“Le positionnement géographique et la proximité de la zone équatoriale pour les lancements jouent en notre faveur (…) Une agence spatiale devrait aider l’industrie à se développer”, a souligné Brad Tucker, astrophysicien à l’Université nationale australienne.

Parmi les 35 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Australie et l’Islande, sont les seuls pays à ne pas posséder des agences spatiales nationales. 

L’année dernière, la Nouvelle-Zélande a mis en place une agence spatiale pour superviser un cadre réglementaire permettant à Rocket Lab, une société de technologie, d’envoyer des satellites en orbite.


La course à l’espace a pris de l’ampleur au cours de la dernière décennie, les progrès technologiques ayant réduit le coût du lancement de petits satellites et l’ère des mégadonnées a créé un marché pour les services de suivi du commerce, de l’agriculture, du bétail et de la pollution.

>>Lire aussi : L’Australie plaide pour un retour « sécurisé » des Rohingya en Birmanie

Selon Bank of America Merrill Lynch, le marché de l’espace, allant de la fabrication et l’utilisation des infrastructures aux applications spatiales telles que les téléphones satellites et les services météorologiques, est estimé à 340 milliards de dollars par an. Ce chiffre devrait se multiplier par huit en raison de l’explosion du déploiement des satellites, des services auxiliaires et des capacités de lancement à 2,7 milliards de dollars d’ici 2045.

L’Australie a développé une expertise mondiale de premier plan dans plusieurs domaines liés à l’espace, tels que l’utilisation de lasers optiques pour suivre les débris spatiaux. 


Le pays exploite, conjointement avec les États-Unis, l’installation de reconnaissance mondiale Pine Gap pour suivre les satellites espions. Son industrie spatiale nationale représente 1,2 milliard de dollars australiens, soit 0,4% du marché spatial mondial.