Le groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale doit profiter d’un nouveau souffle

France-Maroc

Le président du Groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale française, Mustapha Laabid, a mis l’accent, jeudi à Paris, sur la nécessité de donner un nouveau souffle à ce groupe à travers des actions concrètes et orientées vers l’avenir.

Des initiatives pratiques et concrètes doivent être menées par et à travers ce groupe pour aboutir à des projets réalisables et réalistes englobant divers domaines, a souligné M. Laabid qui recevait une délégation de journalistes marocains en visite en France.

A cet effet, le député de Rennes a relevé que les relations “historiques et exceptionnelles” entre la France et le Maroc doivent être une source d’inspiration du travail des membres du groupe, pour mettre en place une feuille de route susceptible d’accompagner le développement des liens bilatéraux.

→ Lire aussi : Le Maroc et la France s’engagent à préserver et à valoriser le patrimoine archéologique

Pour aller de l’avant dans ce plan, il a avancé que le Groupe d’amitié France-Maroc, le plus grand à l’Assemblée nationale, a mis en place des groupes de travail sur des thématiques d’intérêt commun, à savoir le développement économique et durable, la culture et l’éducation, la démocratie, la liberté et la solidarité et le numérique.


M. Laabid a, à cet égard, indiqué que des avancées notables ont été enregistrées dans le travail de certains de ces groupes, estimant qu’un long chemin reste à parcourir pour réaliser les objectifs escomptés.

Outre ces sujets, le groupe s’intéresse également à d’autres questions ayant trait aux relations bilatérales comme le statut des étudiants marocains en France, dont le nombre frôle les 38.000, le co-développement, la coopération orientée vers l’Afrique, l’immigration et la lutte contre le terrorisme, a-t-il expliqué.

Une délégation de journalistes marocains se trouve en France dans le cadre d’un programme initié par le Quai d’Orsay sous le thème “Villes durables: Organisation des collectivités locales”.