Le leadership n’a pas de genre: Ces femmes qui conduisent le changement

leadership
Le leadership féminin, un moteur de la performance.

 Dossier du mois

Par souad Mekkaoui 

Quand une femme est un leader, ça la change. Lorsque plus de femmes sont des leaders, ça change la politique ». Michelle Bachelet ne croyait pas si bien dire.

Prise de décision, force de persuasion et leadership ne sont plus l’apanage de la gent masculine. Aujourd’hui, l’évidence est là : les pouvoirs publics de plusieurs pays inscrivent l’entrepreneuriat féminin dans leur agenda de politique économique. D’autant plus qu’outre l’intérêt économique, une question sociétale à savoir celle des inégalités homme femme se pose avec persistance.


Leadership féminin, intégration de la femme sur le marché du travail, contribution de la femme au développement du pays, parité, genre … tel est le nouveau langage qui ponctue les temps modernes jusqu’à en faire des hashtag qui explosent les tendances sur la toile.

En effet, les stratégies et les plans gouvernementaux en faveur des droits des femmes se font de plus en plus nombreux. Mais qu’en est-il dans la réalité alors que l’apport de la femme dans la croissance et la création de richesses d’un pays n’est plus à démontrer ? L’entrepreneuriat féminin est tout simplement vital pour le dynamisme de l’économie. Quid du Maroc ?

Et si l’homme de la situation se révélait être une femme ?

Force est de constater qu’une conception stéréotypée et dichotomique des hommes et des femmes fait que dans la sphère professionnelle, les inégalités salariales, la faible présence des femmes dans la gouvernance des organisations et institutions et l’absence de parité sont flagrantes. Ce qui est certainement dû à une orientation professionnelle encore trop liée au genre. D’où la perception que le modèle de leadership masculin est le modèle de référence. Une approche qui renforce la prédominance des hommes en haut de la hiérarchie. Or plusieurs études à l’international démontrent que les femmes seraient de meilleures leaders que les hommes si on leur permettait de capitaliser sur leurs propres points forts : l’ouverture d’esprit, le sens du consensus, et l’ouverture au changement.


Certes, la femme au Maroc a réalisé des percées remarquables dans tous les domaines mais le pourcentage des femmes chefs d’entreprise est de 10 à 12% seulement. Constat amer quand on ne cesse de brandir de beaux discours sur l’égalité homme/femme. Et encore, ces entrepreneures opèrent essentiellement dans les secteurs du commerce et des services, sur l’axe Casablanca-Rabat.

Entreprendre  et diriger autrement 

Conscientes de leur force, les femmes  ont pris leur sort à bras-le-corps parce  qu’elles ont à coeur de réaliser les  missions qu’elles se donnent. Armées  d’une persévérance à toute épreuve,  elles avancent et relèvent les défis.

En leaders en mouvement, elles ont  confiance en elles et avancent quitte  à arracher ce qui leur revient de droit  à savoir la reconnaissance sociale.  Elles font fi de ce plafond de verre qui  limite leur accès aux fonctions les plus  élevées des entreprises et se tuent à  la tâche parce qu’elles ont compris et  savent appliquer les clés de la réussite et  du leadership. Et convaincues qu’elles  gagneraient à se tendre la perche, les  femmes jouent un rôle essentiel dans  la promotion de l’entrepreneuriat  féminin et s’activent dans le mentorat  d’autres entrepreneures, des zones  rurales à l’écosystème des startups.  Les success-stories des femmes  leaders ou chefs d’entreprise inspirent  davantage de femmes disposant d’un  potentiel insoupçonnable mais qui ont  besoin d’être rassurées, accompagnées  et encadrées, pour entrer dans le  monde de l’entrepreneuriat que ce  soit à l’échelle régionale ou nationale.  Rappelons aussi qu’aujourd’hui,  deux secteurs de l’entrepreneuriat  féminin cohabitent au Maroc : un  secteur artisanal et un secteur moderne  dominé par une nouvelle génération  de femmes-entrepreneures hautement  formées et institutionnalisées.


C’est dire que le Maroc, terre des  femmes telles Assayyida lhorra,  Zaynab Nafzaouia ou encore Khnata  Bent Bakkar ne peut que compter sur  ses entrepreneures, ses dirigeantes et  ses femmes leaders qui marquent de  leurs empreintes tous les domaines.  Même dans le domaine des affaires ou  de secteurs longtemps hermétiques à  la femme, celles-ci ont su s’imposer,  armées de leur savoir et de leurs  compétences. D’ailleurs et depuis la  nuit des temps, dans certaines activités  agricoles, artisanales ou industrielles qui  ont toujours été généralement réservées  aux femmes, celles-ci ont fait montre de  qualités entrepreneuriales indubitables.

Ces profils de femmes inspirantes  de par leur réussite, chacune dans son  domaine, qu’on a choisi, pour ce dossier  ont des points en commun. Elles ont une  notion claire de ce qu’elles sont et de leurs  raisons d’agir et prennent les commandes  du bateau pour changer la société.

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…