A LA UNECulture

Le Moussem culturel d’Assilah mise sur la coopération Sud-Sud pour relever les défis futurs

Le Moussem culturel international d’Assilah, en tant qu’espace de dialogue démocratique et pluraliste, mise sur le caractère inéluctable de la communication et de la coopération à tous les niveaux entre les pays Sud-Sud pour relever les défis qui se profilent à l’horizon, a souligné, vendredi soir, le secrétaire général de la Fondation du Forum d’Assilah, Mohamed Benaissa.

“Il n’est nul besoin de rappeler que le Moussem culturel d’Assilah, en tant qu’espace de dialogue démocratique et pluraliste, a toujours misé sur le caractère inéluctable et utile de la communication et de la coopération à tous les niveaux entre les pays Sud-Sud pour se prémunir contre les défis qui se profilent à l’horizon et parer aux défis nous guettant”, a affirmé M. Benaissa, qui s’exprimait à l’ouverture de la session d’automne de la 42ème édition du Moussem culturel international d’Assilah, qui se tient du 29 octobre au 18 novembre, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

M. Benaissa a précisé que la Fondation tient à ce que les programmes du Moussem culturel d’Assilah évoquent les enjeux actuels d’ordre arabes, africains et internationaux, ainsi que leurs implications culturelles, politiques, économiques et stratégiques, en tant que manifestations de ce qui advient au sein des sociétés de notre monde contemporain.

“Nous avons tenu à inclure dans la présente session du Moussem, dans le cadre des activités de l’Université ouverte Al Moutamid Ibn Abbad, des questions susceptibles de poursuivre une discussion renouvelée et approfondie, doublée d’une vision futuriste et objective”, a-t-il insisté, notant qu’il s’agit de questions touchant à la consécration de la paix, de la sécurité et de la stabilité aux niveaux régional, continental et international.

→Lire aussi :Ouverture de la session d’automne du 42ème Moussem culturel international d’Assilah

 

Après avoir évoqué la répartition des activités intenses du Moussem culturel en deux sessions, dont une session estivale dédiée aux arts, M. Benaissa a indiqué que la Fondation du Forum d’Assilah a estimé que l’automne, contrairement aux pressions et contraintes posées par l’été, est peut-être la période annuelle la plus appropriée pour les activités intellectuelles et culturelles.

Il a, à cet égard, relevé que le colloque inaugural, intitulé “le Maghreb et le Sahel: l’inéluctable partenariat?”, se fonde sur l’idée d’un enchevêtrement des frontières entre le Maghreb et les pays du Sahel, notant que malgré les difficultés posées par une telle situation, les possibilités d’interaction et d’intégration demeurent possibles, mais exigent des décideurs dans les deux espaces une réflexion stratégique pour la gestion des crises auxquelles cette vaste région se trouve confrontée.

En partant des thèmes prévus pour ce colloque, les défis à relever sont au nombre de quatre, a-t-il dit, expliquant que le premier a trait à la sécurité résultant du terrorisme armé, qui constitue une menace pour les pays du Sahel, ainsi que les risques de propagation de ce phénomène dans la région.

Le second défi, a-t-il ajouté, se trouve lié à la situation stratégique dans l’espace maghrébin et sahélien, au rapport du système africain à la porte nord-ouest, de même qu’aux interactions existant avec le Grand Moyen-Orient, notant que le troisième défi, d’ordre essentiellement politico-institutionnel, renvoie à la conception du système de gouvernance et à l’édification de l’Etat national, et les liens que ceux-ci ont avec les difficultés de transition démocratique, compte tenu de la divergence existant entre les réformes et les réconciliations nationales dans les pays en quête d’un modèle de bonne gouvernance.

M. Benaissa a fait savoir que le 4è axe concerne le domaine du désert et du littoral, vu sous l’angle d’un défi économique et écologique qu’incarnent la pénurie d’eau, l’empiètement des dunes de sable sur la terre et la sécheresse, ainsi que les énormes richesses naturelles que la région recèle, et qui exigent donc une coordination entre les pays pour faire face à la pauvreté et au besoin.

Cette manifestation artistique et culturelle d’automne est organisée par la Fondation du Forum d’Assilah, en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication (département de la culture) et la commune d’Assilah.

Elle est marquée par l’organisation de six colloques dans le cadre de la 35ème édition de l’Université ouverte Al-Mouatamid Ibn Abbad, qui verront la participation d’un parterre de chercheurs, d’intellectuels, de décideurs et de poètes venus des quatre coins du monde.

Il s’agit de colloques sous les thèmes “le Maghreb et le Sahel: l’inéluctable partenariat?” (29 au 31 octobre), “Quel avenir pour la démocratie électorale?” (du 3 au 5 novembre), “Les Arabes et les nouvelles mutations régionales et internationales : où va le panarabisme?” (8-10 novembre), et “Cheikh Zayed: la vision d’un leader éclairé” (12-13 novembre), ainsi que d’une conférence-hommage au vétéran de la presse marocaine, Mohamed Brini (11 novembre) et de la deuxième rencontre poétique “langage de la poésie arabe aujourd’hui” (16-17 novembre).

Cette session d’automne sera également ponctuée par une série d’ateliers (peinture, gravure) et de workshops portant, entre autres, sur l’écriture pour enfants.

Les organisateurs ont également prévu une exposition “one-man-show” du célèbre artiste-peintre Khalid El Bekkay, ainsi qu’une autre exposition sur “les étés des arts” à la galerie du centre Hassan II et deux autres, dont l’une est dédiée aux jeunes peintres d’Assilah à la Galerie “Diwan” du palais de la culture et l’autre réservée aux oeuvres des enfants (galerie du centre Hassan II).

Avec Map

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page