Le PPP dans les programmes de logement social au Maroc, une “expérience modèle”

logement

Les partenariats public-privé (PPP) en matière de mise en œuvre des programmes de logement social constituent une “expérience modèle” au Maroc, a affirmé, mardi à Manama, le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fihri.

S’exprimant lors de la première journée de la 5è conférence arabe sur l’habitat, M. Fassi Fihri, qui préside la délégation marocaine à ce conclave arabe, a souligné que “les PPP représentent un levier pour la promotion du logement social et une locomotive du développement économique”, expliquant que les partenariats public-privé offrent des facilités financières et procédurales de taille au profit des bénéficiaires des programmes de logement social.

Le Maroc a adopté une série de mesures financières, immobilières et juridiques pour réaliser les objectifs du logement social et éradiquer le logement inadéquat qui engendre des effets négatifs sur le tissu social national, a-t-il rappelé, relevant dans cette optique que les politiques de logement adoptées dans le Royaume sont fondées sur le renforcement de la production foncière, la diversification de l’offre, le suivi de l’encadrement juridique du secteur et l’ajustement des interventions.

→ Lire aussi : Coup d’envoi à Manama de la 5è conférence arabe sur l’habitat, avec la participation du Maroc

Abordant la politique adoptée par le Maroc pour la lutte contre les logements insalubres, le ministre a indiqué que les interventions publiques dans ce domaine sont basées sur une approche proactive visant l’intensification et la diversification de l’offre foncière afin de combler le besoin en logements et renforcer l’harmonie sociale et l’intégration urbaine.


Par ailleurs, le responsable a rappelé que le Royaume a mis en place, récemment lors de la seconde édition du Conseil national de l’habitat, une nouvelle feuille de route de l’habitat devant permettre d’assurer une évolution positive du taux de couverture des besoins en logement dans les différentes villes et territoires, expliquant que cette nouvelle stratégie est axée sur l’accroissement de l’offre foncière, la régulation des marchés fonciers, l’adéquation de l’offre à la demande, l’intervention dans le monde rural et la promotion et l’encadrement du logement participatif.

La 5è conférence arabe sur l’habitat, qui se poursuit jusqu’à mercredi, examinera quatre axes principaux, à savoir “la révision des politiques de logement et les programmes et plans de soutien au développement urbain durable”, “les mécanismes du renforcement du rôle du secteur privé dans la garantie des projets de logements sociaux”, “la facilitation accordée au citoyen pour bénéficier du financement adéquat à l’acquisition d’un logement” et “les expériences pratiques des pays en matière de partenariat avec le secteur privé”.

Ce conclave arabe sera suivi par la 35è session du Conseil des ministres arabes de l’Habitat et de l’urbanisme, dont les travaux seront présidés par le Royaume de Bahreïn.