Le Royaume Uni veut faire du Maroc “une porte d’entrée” vers l’Afrique

Royaume Uni
Royaume Uni

Le Royaume Uni compte faire du Maroc un hub et une porte d’entrée vers l’Afrique après le Brexit, a indiqué, mardi à Londres, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires Étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Mohcine Jazouli.

Dans une déclaration à la MAP en marge du dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni tenu dans la capitale britannique, M. Jazouli a souligné que le Maroc et le Royaume Uni sont en train “d’écrire une nouvelle page dans l’histoire” de leurs relations économiques, ajoutant que “la Grande Bretagne qui quitte l’Union européenne, après avoir signé avec le Royaume un accord de partenariat de continuité économique, compte faire du Maroc un hub, un pays pivot et un gateway vers l’Afrique pour renforcer ses investissements et ses exportations” vers le continent.

Le dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni, poursuit le ministre, a pour but de faciliter les rencontres entre les hommes d’affaires marocains et britanniques, ajoutant que les deux pays “ont besoin de monter leur volume d’affaires”, aussi bien en termes d’échanges qu’en termes d’investissements.

Évoquant les domaines d’investissement potentiels, M. Jazouli a souligné que “l’accent est mis sur le domaine financier dans la mesure où il y a de bonnes opérations qui ont été faites”, notant qu’une banque marocaine a acheté pour la première fois une partie d’une banque anglaise en Afrique, alors qu’il existe “un fonds britannique qui investit dans une banque marocaine pour se développer en Afrique.

Il y a aussi des secteurs “qui comptent un fort intérêt de la communauté économique britannique, notamment celui des énergies renouvelables avec l’expérience réussie de MASEN” et les autres projets marocains dans le même domaine, a noté le ministre.

“Le Maroc se positionne clairement comme un partenaire africain (pour le Royaume Uni ndlr,) et donc une coopération triangulaire Grande Bretagne, Maroc, Afrique est “parfaitement possible”, a-t-il ajouté.

Lancé mardi à Londres, le dialogue des affaires Maroc-Royaume Uni a été organisé conjointement par le ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), en marge du Sommet Afrique-Royaume Uni sur l’investissement, qui redéfinit les contours de la politique étrangère britannique au lendemain du Brexit.

La partie marocaine a été représentée à cet événement par M. Jazouli et des représentants de la CGEM, de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), du groupe OCP, de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN), de Tanger Med, de Casablanca Finance City (CFC), de la BMCE et de 54 capitals.

Au total, 116 entreprises marocaines et 225 britanniques ont pris part à cette importante rencontre économique dont l’objectif est de présenter les opportunités d’échanges commerciaux et d’investissements que les deux pays ont à offrir.