Le terrorisme serait-il de retour au Maroc ?

Le terrorisme serait-il de retour au Maroc ?

Par Khadija Skalli

Le terrorisme pointe de nouveau son bout de nez au Maroc. Le double meurtre des touristes scandinaves à Imlil, serait un acte intégriste. Cet assassinat suscite moult questions : Les suspects interpellés sont-ils affiliés à Daech ou à une autre entité « terroriste » ? Ce meurtre est-il un acte isolé ? Ou serait-il commandité par « une autorité fanatique » ?

Après une accalmie de sept ans, le Royaume est de nouveau frappé par le terrorisme. Le double meurtre des touristes scandinaves à Imlil, petit village du Haut Atlas, serait un acte extrémiste. Le profil des suspects soupçonnés d’avoir commis cet abominable crime confirme la thèse intégriste. L’un des quatre suspects arrêtés, dans les heures qui ont suivi la découverte macabre à Jbal Shamharouch, près d’Imlil, appartient à «un groupe extrémiste», selon le Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat. Un autre suspect a des antécédents judiciaires «liés à des actes terroristes».

→ Lire aussi : Assassinat de deux touristes : de nouvelles photos confirment la « piste terroriste »

L’enquête menée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), l’aile judiciaire de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), avance. Toutefois, des zones d’ombres persistent. Les suspects interpellés sont- ils affiliés à Daech ou autre entité « terroriste » ? Ce meurtre est-il un acte isolé ? Ou serait-il commandité par « une autorité fanatique » ? Il est encore prématuré de se prononcer à ce sujet.

Ce qui est sûr c’est que la menace terroriste pèse toujours sur le Maroc. Le dernier attentat terroriste perpétré au Royaume remonte à 2011. L’acte a été commis, avec un engin explosif, dans un café de la célèbre place Jemaa el-Fna de Marrakech. Pour faire face à la menace terroriste, le Maroc a durci sa loi antiterroriste en 2015. Celle-ci criminalise tout ralliement à un groupe armé. Le Royaume a également mis en place le Bureau central d’investigations judiciaires. En trois ans d’existence, ce « FBI marocain » a fait ses preuves sur le terrain dans sa croisade contre le terrorisme. Plusieurs cellules terroristes ont été démantelées, des attentats ont été déjoués. Le Royaume figure même parmi les pays les moins touchés par le terrorisme, selon Global Terrorism Index 2017.

En revanche, il est impossible de tout contrôler. La menace terroriste est là. Et il faut y faire face. C’est inévitable.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :