L’OCP met son dispositif “Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb” au service des agriculteurs de la vallée du Loukkos

OCP

Le dispositif de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP), “Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb”, dédié aux cultures maraichères, fait escale du 4 au 6 février à la Commune rurale Laouamra, relevant de la province de Larache, dans sa deuxième étape visant la sensibilisation des agriculteurs.

Ce nouveau dispositif fait partie du programme “Al Moutmir”, qui traduit l’offre OCP basée sur les services de vulgarisation en matière de recherche scientifique et d’innovation dans le secteur agricole, indique un communiqué de l’Office.

Le programme, qui comprend une offre de formation et d’accompagnement et des plateformes de démonstration, ainsi qu’une offre d’analyse du sol assurée par les laboratoires mobiles et ceux de l’UM6P, touchera plus de 30 localités réparties dans plusieurs provinces.

Après une première phase lancée en septembre 2018 autour des cultures céréalières et légumineuses, ce deuxième volet accompagne le programme de développement déployé par les ingénieurs agronomes OCP, et permettra la promotion auprès des agriculteurs des meilleures pratiques agricoles en vue d’une agriculture prospère et durable, précise le communiqué, ajoutant que les cultures ciblées par cette étape sont la pomme de terre, la tomate et l’oignon.

L’OCP note que les cultures maraîchères sont le premier secteur agricole générateur de devises, et constituent un moteur essentiel à l’économie nationale, ajoutant qu’elles génèrent un quart des emplois de la filière, représentent 23% de la production agricole globale et constituent 60% des exportations agricoles du pays.


→ Lire aussi : Le groupe OCP lance la seconde phase du dispositif de proximité ‘’Al Moutmir li Khadamat al Qorb’’

A noter que, dans le cadre du programme de plateformes de démonstration lancé par OCP et qui porte sur 2.000 plateformes, 300 sont dédiées aux cultures maraichères et visent à co-construire avec les agriculteurs des cas modèles de l’impact de la démarche scientifique et raisonnée sur l’augmentation de la productivité et la préservation des ressources.

Dans une déclaration à la MAP, l’ingénieur agronome du programme “Al Moutmir” Samira Barzouq, a indiqué que le programme offre plusieurs services visant l’accompagnement de l’agriculteur à travers des visites du terrain, des sessions de formation, des plateformes d’application et des analyses du sol.

L’experte a indiqué qu’elle accompagne de manière régulière 400 agriculteurs de la province de Larache, à travers des formations et des visites pour leur rappeler le parcours technique raisonné et les bonnes pratiques agricoles, ajoutant que l’équipe “Al Moutmir” effectue des analyses gratuites du sol pour permettre aux agriculteurs, dans une démarche participative, de choisir les engrais adéquats dans l’objectif d’améliorer la qualité du produit.


Cette seconde phase touchera plus de 1.750 agriculteurs et fournira plus de 200 sessions de formation couvrant tout le cycle de la culture pratiquée par l’agriculteur, indique le communiqué, ajoutant que l’OCP a également mis à disposition un centre d’appel et ouvert une page Facebook dédiée aux agriculteurs.

Mis en place en partenariat notamment avec le ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, le développement rural et des Eaux et Forêts, et le consortium scientifique national, le programme comprend des séances d’accompagnement personnalisées, des séances de démonstration de l’unité intelligente de production des engrais NPK Blend (Smart Blender), ainsi que des ateliers au profit des femmes, compte tenu du rôle primordial de la femme rurale dans la transformation du secteur agricole.

Pour rappel, la première phase du dispositif, organisée en septembre et octobre 2018, avait ciblé 48 localités dans 12 provinces. Plus de 4.000 agriculteurs ont été accompagnés et 4.000 analyses de sols effectuées, grâce aux laboratoires itinérants et au laboratoire de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir, en plus du déploiement de 1.000 plateformes céréales et légumineuses et de l’organisation de plus de 500 formations dans les différentes provinces, conclut le communiqué.