L’Organisation d’un Rallye au Maroc dérange les séparatistes du Polisario

Rallye

Par Saad Bouzrou

L’organisation de la 11ème édition du Rallye-raid international Africa Eco Race, dont les participants ont commencé leur périple le 1er janvier 2019 à la ville de Nador en direction de Dakhla, a traumatisé les journaleux du Polisario qui menacent infructueusement les organisateurs du Rallye.

Les séparatistes du Polisario ont voulu à travers leurs supports médiatiques « avertir » les organisateurs du Rallye-raid international Africa Eco Race, qui ont débarqué le 1er janvier 2019 à la ville de Nador, en provenance de Monaco, et en direction de Dakhla, où ils sont attendus le 7 janvier prochain.

Un site de propagande séparatiste inféodé à l’ancien chef de la pseudo « armée sahraouie », a publié un article dans lequel il écrit que « Les organisateurs du Rallye Monaco-Dakar ignorent les avertissements des autorités sahraouies pour la deuxième année consécutive ». Le mal de ces organisateurs est tout simplement ne pas reconnaitre une république fictive appelée « RASD ».

→Lire aussi : Guergarate : le Conseil de sécurité somme le polisario à respecter ses engagements


Mais c’est la carte du Royaume du Maroc diffusée dans son intégralité par les organisateurs du Rallye sur leur site, Africa Eco Race, qui a le plus secoué le front séparatiste du Polisario. Sur le site de ce Rallye-raid international, la carte du Maroc s’étend naturellement de Tanger à Lagouira, respectant ainsi la souveraineté du Royaume sur l’ensemble de son territoire.

Cette reconnaissance du Sahara marocain s’inscrit logiquement dans l’esprit de l’ONU qui n’a jamais reconnu le front séparatiste du Polisario.

Rappelons que Le Conseil de sécurité de l’ONU a sommé, dans sa résolution 2440, le polisario à respecter “pleinement” ses engagements pris auprès de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Kohler, eu égard à la nécessité impérieuse de n’engager aucune activité quelle qu’elle soit “à Bir Lahlou, Tifariti et dans la zone tampon à Guergarat”.