A LA UNEMaroc

Maroc-Espagne : le ministre français Jean-Yves le Drian réagit

Invité de l’émission « Le Grand jury » de LCI-RTL, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian s’est exprimé au sujet de la crise entre le Maroc et l’Espagne.

Le chef de la diplomatie française est revenu sur la crise entre le Maroc et l’Espagne avant de s’exprimer au sujet de la politique migratoire européenne, lors de son intervention à l’antenne de LCI-RTL. En constatant d’abord l’existence jusqu’à présent d’« une relation positive et partagée » entre le Maroc et l’Espagne, le ministre a reconnu « quelques incidents qui ont amené cette tension particulière ». Il a alors confirmé s’être entretenu avec le chef de la diplomatie marocaine et laissé entendre une médiation française pour  « essayer de contribuer à ce que ce dialogue puisse reprendre ». Le ministre français a par ailleurs souligné « la nécessité de faire en sorte que l’Europe soit au rendez-vous de sa politique migratoire (…) il y a sur la table le « Pacte sur la migration et l’asile » qu’il nous faut traiter globalement ».

La même journée, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, s’est également exprimé au sujet de la vague ayant afflué vers Sebta ces derniers jours sur l’antenne d’Europe 1 et de LCI. Il a informé qu’il s’agit d’abord d’un problème politique entre le Maroc et l’Espagne, après avoir rappelé que l’Espagne a introduit sur son territoire sous une fausse identité, sans en informer le Maroc, une personne faisant l’objet d’au moins quatre plaintes pour viol, terrorisme et tortures. « Le Maroc a été clair dès le départ, il s’agit d’un acte contre ses intérêts, d’un acte déloyal et d’un acte qui ne respecte même pas la dignité et les intérêts de victimes espagnoles » a-t-il insisté. Concernant le motif humanitaire avancé par l’Espagne, il s’agit d’un faux alibi qui ne nécessite pas que l’on manœuvre derrière le dos du partenaire. « L’humanitaire pour un pays voisin ne signifie pas que l’on change de passeport pour introduire une personne sur le territoire européen ». Enfin, répondant à la question de l’image donnée par le Maroc dans la gestion de cette crise migratoire, le ministre est revenu sur le rôle des autorités marocaines qui ont : « avorté 14.000 tentatives d’immigration clandestine en trois ans, démantelé près de 8000 cellules de trafic d’être-humain, avorté 80 tentatives d’assaut sur la ville de Sebta, et échangé près de 9000 informations avec l’Espagne sur l’immigration clandestine ».

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page