Mer de Chine méridionale: Pompeo qualifie “d’illégales” les revendications de Pékin

Pompeo

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a intensifié lundi la pression de l’administration Trump contre la Chine sur ses revendications territoriales dans la mer de Chine méridionale, affirmant que les États-Unis rompraient avec leur neutralité antérieure et condamnant comme “illégale” la politique “d’intimidation” de Pékin.

“Les affirmations de Pékin sur les ressources offshore dans la majeure partie de la mer de Chine méridionale sont totalement illégales, tout comme sa campagne d’intimidation pour les contrôler”, a déclaré le secrétaire d’Etat dans un communiqué.

M. Pompeo a expliqué que les États-Unis s’alignaient officiellement sur la décision de 2016 d’un tribunal international qui a rejeté les revendications de Pékin sur la mer de Chine méridionale comme n’ayant “aucun fondement en droit international”, indique la même source.

Cette décision place les États-Unis du côté des Philippines, du Vietnam, de la Malaisie, de l’Indonésie et du Brunei dans leurs revendications territoriales contre la Chine. Ces pays contrent les revendications de Pékin sur un territoire maritime largement utilisé pour la pêche et le développement énergétique offshore dans la mer de Chine méridionale.

“Le monde ne permettra pas à Pékin de traiter la mer de Chine méridionale comme son empire maritime”, a poursuivi M. Pompeo. “L’Amérique soutient nos alliés et partenaires d’Asie du Sud-Est dans la protection de leurs droits souverains sur les ressources offshore, conformément à leurs droits et obligations en vertu du droit international”, a-t-il ajouté.


L’opposition publique de M. Pompeo aux revendications de Pékin sur la mer de Chine méridionale intervient à l’un des moments les plus tendus des relations entre les États-Unis et la Chine. Le président américain Donald Trump a accusé à maintes reprise la Chine d’être à l’origine de la propagation de la pandémie de coronavirus, alors que Washington pointe aussi du doigt la politique de Pékin à Hong Kong.