OCP, un acteur incontournable en Afrique

Ocp

Le Groupe OCP a conclu récem­ment un Mémorandum d’entente avec la Commission de l’Union Africaine et l’Agence de Dévelop­pement de l’UA (AUDA-NEPAD). Cet accord confirme le leadership de l’Office chérifien des phos­phates dans le continent.

Mercredi 4 septembre, à Accra, capitale du Ghana. Le géant marocain du phosphate signe un Mémorandum d’entente avec la Commission de l’Union Africaine et l’Agence de Développement de l’UA (AUDA-NEPAD). L’objectif de cet ac­cord est de soutenir le développement de l’Agriculture en Afrique. Le Groupe OCP mettra ainsi son savoir-faire et sa riche expérience dans le domaine à la disposition de ses partenaires africains pour atteindre leurs objectifs à savoir l’éradication de la faim dans le continent et la lutte contre la pauvreté à travers le développement de l’agriculture.

Ce partenariat a été scellé en marge du forum sur la révolution verte afri­caine, par le PDG du Groupe OCP, Mostafa Terrab, la Commissaire pour l’Agriculture et l’Economie Rurale de la Commission de l’UA, Josefa Leonel Correia Sacko, et le PDG de l’AUDA-NEPAD, Ibrahim Assane Mayaki, représenté par Hamadi Diop, Directeur du Programme Gouver­nance des ressources naturelles, sécu­rité alimentaire et nutrition au sein de l’AUDA-NEPAD.

Un véritable coup de maître ! Cet accord confirme ainsi le leadership du géant marocain des phosphates dans le continent. Il corrobore la politique africaine du Royaume, dont le point focal est la coopération interafricaine pour faire face aux défis du continent. La sécurité alimentaire est l’un de ses grands défis, auxquels sont confrontés de nombreux pays africains.


SM Le Roi Mohammed VI l’a bien dit dans son discours prononcé le 31 janvier 2017 devant le 28ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. « Nous le savons : ce ne sont ni le gaz, ni le pétrole qui satisferont les besoins alimentaires de base ! Or, le grand défi de l’Afrique n’est-il pas sa sécurité ali­mentaire ? ».

L’OCP consolide sa présence au Ghana

L’Office chérifien des phosphates multiplie les projets dans ce pays an­glophone d’Afrique de l’Ouest. Une usine de production d’engrais sera ré­alisée en 2024. L’unité sera implantée dans le district de Jomoro, à l’ouest du pays. « Les études conceptuelles et topographiques sont actuellement en cours de réalisation », précise l’OCP à Maroc diplomatique. Avec la dispo­nibilité des ressources naturelles des deux pays, à savoir le gaz ghanéen et le phosphate marocain, l’usine pourra produire 1 million de tonnes d’engrais.

Outre Ghana, OCP Africa est présent en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Sénégal, au Cameroun, au Benin, au Nigeria, au Kenya, en Tanzanie, au Rwanda, en Zambie et en Éthiopie.

L’unité devra permettre au Ghana d’atteindre l’autosuffisance en termes d’engrais et de fournir aux agriculteurs des intrants adaptés à leurs besoins. A travers ce projet, l’OCP renforce son implantation dans le pays.

L’Office chérifien des phosphates est présent dans ce pays d’Afrique de l’Ouest depuis 2016 à travers sa filiale OCP Africa-Ghana. Ce partenariat vise à booster la chaîne de valeur du secteur agricole et de ses différents ac­teurs, en premier les agriculteurs.


Ainsi, plusieurs actions ont été en­treprises pour le renforcement des capacités des agriculteurs dont l’OCP School Lab. « L’initiative s’est ren­forcée au Ghana durant l’année 2019 avec deux campagnes qui vont toucher, d’ici la fin de l’année, plus de 50.000 agriculteurs portant ainsi le nombre de bénéficiaires à 75.000 agriculteurs depuis le démarrage du programme en 2017. Des laboratoires itinérants auront ainsi parcouru plus de 300 communautés dans les régions de l’Est, du Haut-Est, d’Ashanti et du Haut-Ouest », se félicite l’OCP.

Autre initiative de grande ampleur, le programme « Agribooster », un package de produits et services visant à améliorer le rendement des agricul­teurs. Lancée en 2018, cette initiative conjointe entre OCP Africa et le Mi­nistère ghanéen de l’Alimentation et de l’agriculture (MOFA) cible 10.000 producteurs de maïs et de riz en Volta, dans les régions du Nord, du Haut Est, du Haut Ouest et de l’Est.

Une expansion réfléchie et bien ciblée

Outre Ghana, OCP Africa est présent en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Sénégal, au Cameroun, au Benin, au Nigeria, au Kenya, en Tanzanie, au Rwanda, en Zambie et en Éthiopie.

La filiale africaine du Groupe oeuvre pour « améliorer la fertilité et la pro­ductivité des sols africains à travers une offre de produits adaptés, sécuriser la production de fertilisants compéti­tifs près des grands bassins agricoles, renforcer les capacités logistiques exis­tantes et contribuer au développement de nouveaux réseaux de distribution de proximité, au service de l’ensemble de la filière agricole ».


Au Nigéria, par exemple, la coopéra­tion entre l’OCP et le Nigeria vise « à accompagner l’émergence d’un tissu industriel nigérian actif dans le secteur des engrais. Cela se fait notamment par le renforcement des capacités des opé­rateurs locaux. Cette coopération aura permis, en 2017, la rénovation de 9 unités de blending par ces mêmes opé­rateurs et l’installation de nouvelles unités », ajoute la même source.

Ainsi, le Groupe OCP va construire trois unités de blending dont deux se­ront implantées dans les Etats de Ka­duna et d’Ogun, et le site de la 3e unité est toujours à l’étude. Les plateformes auront une capacité totale de 1 million de tonnes d’engrais et 750.000 tonnes d’ammoniaque. L’investissement se chiffre à 1,3 Milliard de dollars.

Une implantation renforcée  en Afrique de l’Est

L’OCP voit grand. Il ambitionne une extension de ses activités sur l’en­semble du continent. Après l’Afrique de l’Ouest, le géant marocain des phos­phates s’est implanté dans les pays de l’Est. C’est en 2018 que la filiale afri­caine du groupe a créé la joint-venture « Rwanda Fertilizer Company » avec l’opérateur national de distribution d’engrais au Rwanda, Agro Proces­sing Trust Corporation Ltd (APTC) et le Gouvernement à travers le Minis­tère de l’Agriculture et des ressources animales pour un investissement total de 14 Millions USD.

C’est la concrétisation du Mémo­randum d’entente conclu entre le Mi­nistère rwandais de l’Agriculture et des ressources animales et le Groupe OCP, à l’occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI en octobre 2016.


« Rwanda Fertilizer Company pilote la construction et l’exploitation d’une unité de blending d’engrais, située au parc industriel de Bugesera à 50 km de la capitale Kigali. L’usine devrait être opérationnelle au courant du premier trimestre 2020, avec une capacité pré­visionnelle de plus de 100.000 tonnes par année ».

De son côté, l’Ethiopie va abriter la 2e plus grande plateforme de produc­tion d’engrais du continent africain. La plateforme se situera à Dire Dawa, dans l’Est du pays.