Plus de 90.000 emplois perdus ou menacés dans le secteur des voyages au Royaume-Uni

emploi

Plus de 90.000 emplois ont été perdus ou sont menacés de suppression dans le secteur du voyage au Royaume-Uni en raison des retombées de la crise sanitaire sur le tourisme, a indiqué lundi l’Association des agents de voyage (ABTA).

Dans un communiqué, l’Association prévient que la situation sociale dans l’industrie de voyage au Royaume-Uni a atteint désormais “un point critique”, notant que si une deuxième vague de coronavirus impliquerait à nouveau un confinement total, “96% des entreprises de voyage auraient du mal à survivre”.

Des recherches menées auprès des membres de l’Association révèlent par ailleurs que 78% des entreprises qui n’ont pas encore entamé des licenciements prévoient de le faire dans les mois à venir, sur la base des conditions commerciales actuelles, alors que la situation ne cesse de s’aggraver.

Aussi, neuf entreprises sur 10 ont utilisé le programme de congés payés mis en place par le gouvernement, tandis que 65% ont soit procédé à des licenciements soit entamé un processus de consultation là-dessus.

“Le redémarrage du secteur du voyage ne s’est pas passé comme espéré et il est triste de voir des entreprises être encore affectées et des emplois perdus à un rythme alarmant”, a déploré le Directeur général de l’ABTA, Mark Tanzer.


Malgré la situation critique, l’Association des agents de voyage rassure que “l’industrie du voyage peut se redresser, si le gouvernement lui offre le bon soutien”.

Dans ce sens, l’ABTA a écrit au ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, dans le cadre de son initiative “Save Future Travel”, pour demander un appui urgent au secteur.

Elle a ainsi appelé le gouvernement à “adopter une approche régionalisée des règles de quarantaine” au lieu des restrictions par pays, notamment vis à vis des “des partenaires commerciaux critiques” comme les Etats Unis ou encore une exonération temporaire de la taxe sur les billets d’avion.

Depuis la levée du confinement décrété le 23 mars au Royaume Uni, les Britanniques sont bien moins nombreux à voyager à l’étranger, notamment en raison de la quarantaine imposée aux voyageurs entrant au Royaume Uni en provenance de nombreux pays à “haut risque”.


Les professionnels du tourisme reconnaissent également qu’ils ont seulement réussi à survivre grâce au dispositif de chômage partiel mis en place par le gouvernement pour appuyer les entreprises, mais qui doit être retiré fin octobre.