La prison locale Ain Sebaa 1 dément les “allégations” concernant la situation de certains détenus des événements d’Al Hoceima

La direction de la prison locale Ain Sebaa 1 à Casablanca a démenti les “allégations” relayées dans les médias et les réseaux sociaux concernant la situation de certains détenus des événements d’Al Hoceima, pensionnaire de la prison d’Oukacha à Casablanca.

Selon un communiqué de la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), la direction de la prison locale Ain Sebaa 1 affirme que “les relais de ces allégations visent à manipuler l’opinion publique pour servir des intérêts qui n’ont aucun lien avec la situation des détenus concernés, mais profitent de leurs tragédies”.

“Pire, ces allégations émanent de gens qui sont censés veiller le plus au respect de la loi et du cadre éthique de leur travail”, poursuit le communiqué.

La direction a également précisé qu’aucun des détenus concernés n’a donné l’impression qu’il entamait une grève de la faim, notant que le détenu en question prend ses repas de manière régulière et que tous les détenus bénéficient d’une heure de récréation, comme prévu dans la loi 23.98 relative à l’organisation et au fonctionnement des établissements pénitentiaires.


Elle a relevé que contrairement à ce qui a été prétendu concernant la privation des prisonniers de certains produits de base, la direction de la prison a veillé à doter les prisonniers concernés de produits d’hygiène, de livres, d’exemplaires du Corans et de couvertures suffisantes.

S’agissant de la situation des détenus dans des cellules individuelles, la DGAPR a rappelé que les prisonniers en détention provisoire sont placés en cellules individuelles, conformément à la loi organique des prisons, ajoutant que l’état des cellules répond à l’ensemble des conditions de détention, dont l’approvisionnement en eau potable sans coupure.

Concernant la demande présentée par l’un des prisonniers pour passer l’examen de la formation professionnelle en dehors de l’établissement, à Al Hoceima, la direction de la prison a souligné que cette demande relève de la compétence du pouvoir judiciaire, conclut le communiqué.