Religion: Macron qualifie d”engagement net et clair” la “Charte des principes” de l’islam de France

Le président Emmanuel Macron a qualifié, lundi, d'”engagement net, clair et précis en faveur de la République”, la “Charte des principes” de l’islam de France, élaborée par le Conseil français du culte musulman (CFCM), principal interlocuteur des pouvoirs publics pour le culte musulman dans le pays, a indiqué l’Elysée cité par les médias.

Ce texte, qui a été approuvé dimanche soir par le CFCM, constitue également “une étape extrêmement importante” en permettant “une clarification de l’organisation du culte musulman” en France, a ajouté le chef de l’Etat lors d’une réunion avec les dirigeants du Conseil, a précisé la présidence.

La charte “est vraiment un texte fondateur dans la relation entre l’Etat et l’islam de France”, a souligné l’Elysée, qui salué “la forte mobilisation” du CFCM pour l’élaboration de ce texte.

Lors de cette réunion, le président du CFCM Mohammed Moussaoui a expliqué que la charte avait été approuvée par “toutes les fédérations” du Conseil mais que trois d’entre elles “avaient besoin d’un peu plus de temps pour expliquer à leurs adhérents de quoi il s’agissait”, relève la présidence française.


“Le texte va faire sa vie, être transmis à nos instances locales, aux responsables des mosquées, imams, et leur retour d’expérience nous permettra de le perfectionner”, a déclaré M. Moussaoui dans la cour de l’Elysée, ajoutant que la Charte “dit de façon claire que les principes de la foi musulmane sont complètement compatibles avec les principes de la République”.

Les représentants du CFCM ont réaffirmé au chef de l’Etat leur “volonté de mettre en place le Conseil des imams dans les plus brefs délais pour pouvoir commencer le vrai travail: celui d’agréer les imams, clarifier leur statut, leur cadre de travail et leur mission, et protéger l’imamat des auto-proclamés et des personnes non formées”, selon M. Moussaoui, cité par la presse.

L’Elysée a dit attendre que la charte soit signée par l’ensemble des fédérations et que le Conseil des imams soit mis en oeuvre d’ici la fin janvier.

La Charte “réaffirme notamment la compatibilité de la foi musulmane avec les principes de la République, dont la laïcité, et l’attachement des musulmans de France à leur citoyenneté pleine et entière” et “rejette l’instrumentalisation de l’Islam à des fins politiques ainsi que l’ingérence des États dans l’exercice du culte musulman”, selon un communiqué du CFCM.


Le texte rappelle que “le principe d’égalité devant la loi oblige tout citoyen dont le musulman de France à inscrire son vécu dans le cadre des lois de la République garantes de l’unité et la cohésion de notre pays” et “réaffirme le principe d’égale dignité humaine dont découle l’égalité Femme-Homme, la liberté de conscience et de religion, l’attachement à la raison et au libre-arbitre, le rejet de toute les formes de discrimination et de la haine de l’Autre”.

Les dirigeants du Conseil français du culte musulman avaient été reçus, en novembre dernier, par M. Macron à qui ils avaient présenté, à sa demande, les grandes lignes d’un Conseil national des imams chargé de “labelliser” les imams de France.

Le chef de l’Etat leur avait demandé par la même occasion de rédiger et de lui présenter en lien avec le ministère de l’Intérieur, une “charte des valeurs républicaines” sur laquelle devront s’engager le CFCM et les fédérations le composant, dans le sillage de l’élaboration du projet de loi controversée sur le “séparatisme” et l’Islam radical, qui sera examiné dès ce lundi à l’Assemblée nationale.

Avec MAP