Réunion sur l’Iran à Varsovie : Le Maroc et l’Arabie Saoudite confirment leur présence

Réunion sur l’Iran à Varsovie : Le Maroc et l’Arabie Saoudite confirment leur présence

Par Khadija Skalli

Le Maroc confirme sa présence à la conférence ministérielle de Varsovie sur la «promotion de la paix et de l’avenir au Moyen-Orient», qui aura lieu les 13 et 14 février. Le Royaume sera représenté par son Chef de diplomatie Nasser Bourita. Les discussions seront axées sur l’Iran.

Le Maroc sera présent à la conférence ministérielle de Varsovie sur l’Iran qui aura lieu les 13 et 14 février. L’information a été confirmée par le ministre polonais des Affaires étrangères dans une déclaration au média en ligne www.thefirstnews.com. Le Royaume sera représenté par son ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

L'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Israël, la Jordanie, le Koweït, Oman et le Yémen prendront également part à cette réunion, organisée par les Etats Unis sous le signe de la «promotion de la paix et de l’avenir au Moyen-Orient». Ces pays seront représentés au niveau ministériel. Une éventuelle rencontre entre le Chef de la diplomatie marocaine et son homologue saoudien pourrait avoir lieu en marge de cette conférence diplomatique.

→ Lire aussi : Bourita : « L’Iran a dépassé les lignes rouges »

En outre, l'Egypte et la Tunisie ont confirmé aussi leur présence à ce rendez-vous, toutefois ils ne seraient représentés que par des ministres adjoints, selon le chef de la diplomatie polonaise Jacek Czaputowicz.

Ce sommet diplomatique sur le Proche-Orient est organisé, en Pologne par les Etats-Unis, dans le but de contenir « l’influence régionale de l’Iran » et de « s'assurer que l'Iran n'ait pas d'influence déstabilisatrice » dans la région, selon les propos du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Il faut dire les relations entre Téhéran et Washington sont au plus bas après la décision de l’administration Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 et de réimposer des sanctions économiques sur le pays. Pis encore ! Les entreprises d’autres pays qui coopéreraient avec l’Iran sont également dans le viseur.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :