RMA Assurances : Un chiffre d’affaires en hausse de 5,1%

RMA Assurances

Par Khadija Skalli

RMA Assurances a dévoilé aujourd’hui jeudi 28 mars ses résultats financiers de l’année 2018. La compagnie affiche une progression soutenue de son chiffre d’affaires de 5,1 % pour s’établir à 6 554 MDH.

RMA Assurance affiche une bonne santé.  Malgré un contexte dégradé marqué par une forte sinistralité, la compagnie d’assurances filiale de Finance.com a enregistré à fin 2018 un chiffre d’affaires en progression de 5,1% pour s’établir à 6 554 MDH.

Le chiffre d’affaires de la branche Vie a évolué de 6,6% pour atteindre 3348 MDH. Cette croissance est portée par la composante épargne.

La branche Non-Vie réalise, quant à elle, une hausse de 3,6% pour s’établir à 3196 MDH.


« Malgré un contexte défavorable, notre compagnie a réussi à tirer son épingle de jeu », se félicite Zouheir Bensaid, Directeur général exécutif de RMA Assurance, lors du point de presse, organisé jeudi 28mars à Casablanca pour la présentation des résultats financiers de la compagnie pour l’exercice 2018.

Et de poursuivre : « Le secteur des assurances est marqué par une concurrence amplifiée induisant  une forte pression baissière sur les tarifs. Le marché connait une hausse très significative de la sinistralité Automobile. Ce contexte altère l’activité des compagnies d’assurances ». Zouheir Bensaid pointe du doigt la fraude en assurance automobile. Le phénomène pèse lourd sur les compagnies d’assurances. « Le taux de fraude en assurance automobile varie entre 40 et 50% », s’inquiète-il.

Par ailleurs, la compagnie affiche, au terme de l’exercice 2018, un résultat net en baisse de 6,4%.

« La compagnie confirme ainsi la robustesse de son modèle économique équilibré dans un contexte de marché impacté par une augmentation soutenue de la sinistralité automobile », précise le CEO de RMA.


Pour stopper l’hémorragie, Zouheir Bensaid annonce le renforcement du dispositif de lutte anti-fraude.  Il a été décidé de réduire des prestations gratuites, comme l’assistance et l’abandon du recours forfaitaire pour les dossiers inférieurs à 20 000 dirhams.