SIEL : l’Institut français du Maroc en quête d’Afrique

SIEL

Par Khadija Skalli

L’Institut français du Maroc participe au 25ème Salon International de l’Édition et du Livre (SIEL). Son pavillon France propose un programme diversifié autour de la thématique de l’Afrique.

L’Institut français du Maroc participe au 25ème Salon International de l’Édition et du Livre (SIEL), qui se tient du 8 au 17 février 2019 à l’Office des Foires et des Expositions de Casablanca.

Son pavillon France propose un programme diversifié autour de la thématique de l’Afrique. « Le thème de notre nouvelle édition est « En quête d’Afrique », inspiré du titre de l’ouvrage de Souleymane Bachir Diagne », précise Martin Chénot, directeur de l’Institut français à Casablanca, lors d’un point de presse organisé vendredi 8 février pour présenter la programmation de l’Institut dans le cadre du SIEL.

Ainsi pour cette année, l’If  a décidé de mettre en lumière les auteurs de la nouvelle pensée critique africaine. « Des auteurs qui tissent des fils invisibles entre les Afriques, revisitent les représentations attachées au continent ou encore s’engagent dans le décloisonnement de ses frontières internes, œuvrant à la diffusion d’une pensée africaine sur l’Afrique ». Parmi ces auteurs, on retrouve Souleyman Bachir Diagne, Achille Mbembe ou encore Felwine Sarr.


→ Lire aussi : Le SIEL 2019, une occasion pour mettre en valeur les relations maroco-espagnoles

La littérature jeunesse est également mise à l’honneur sur le pavillon France, avec l’organisation de matinées « jeunesse ». Durant dix jours, sont prévus des ateliers de contes en langues arabes et françaises, des ateliers de dessins et d’écriture.

Au programme figurent aussi des rencontres débats en présence des auteurs des livres. Et ce n’est pas tout ! L’IF organise un programme Hors-les-murs de tournées de bédéistes, d’auteurs jeunesse et d’écrivains dans les lycées et universités de nombreuses villes notamment à Agadir, Fès, Kénitra, Marrakech, Oujda et Rabat. Des nocturnes seront organisées à l’Institut français de Casablanca.

L’un des moments forts de la programmation du Pavillon France est l’hommage réservé, ce soir, vendredi 8 février, à l’éditeur Paul Otchakovsky Laurens, disparu en janvier dernier, alors qu’il était attendu au salon du livre de Casablanca pour présenter son film Editeur. « Nous avons tenu à saluer la mémoire de P.O.L. La meilleure façon de lui rendre hommage est de faire connaître sa maison d’édition et ses auteurs au Maroc », souligne Martin Chénot.


Nathalie Azoulai, Eammanuelle Bayamach-Tam et Nicolas Fargues, entre autres auteurs, évoqueront son parcours et reviendront sur son film « Editeur » dans lequel il s’interroge sur les raisons qui incitent les uns à écrire et d’autres à éditer.

« Durant trois ans de collaboration, j’ai beaucoup appris de Paul Otchakovsky Laurens. Il m’a changé la vie », confie Nathalie Azoulai lors de la conférence de presse. Pour sa part, Nicolas Fargues a parlé de sa passion pour l’écriture : « Ecrire peut ne pas changer le monde mais ça nous permet de de nous accomplir ».