Statut d’Al-Qods occupée: la décision des États-Unis “compromet les possibilités de paix et de stabilité dans la région”

Handout picture released by the Colombian Foreign Ministry press office showing Colombian Foreign Minister Maria Angela Holguin speaking during a press conference on October 11, 2012, in Bogota, where she informed that a Nicaraguan ship which had entered Colombian waters has left the disputed area after her Government sent a protest note to the Government of Nicaragua. The Colombian Government considers that the situation was "an act of desperation" on the eve of the publication of the decision over the maritime dispute by the International Court of Justice in The Hague (ICJ), while Nicaragua had accused Colombia of harrasement after the Colombian Navy intercepted the vessel. AFP PHOTO/CANCILLERIA DE COLOMBIA/Felipe PINZON

La décision des États-Unis de transférer leur ambassade à Al-Qods occupée “compromet les possibilités de paix et de stabilité dans la région“, a indiqué, vendredi, le ministère colombien des Relations extérieures.

Ce genre de mesures compromettent les possibilités de paix et de stabilité dans la région et mettent fin à 70 ans de consensus international sur le statut de Jérusalem“, a réagit le ministère colombien dans un communiqué, suite à la décision du président américain Donald Trump de transférer l’ambassade américaine à Al Qods occupée.

Dans ce communiqué, le ministère colombien a également souligné l'”importance de maintenir ouvertes les voies du dialogue et de la négociation pour une solution durable au conflit entre la Palestine et Israël“. Depuis mercredi, la décision du président américain Donald Trump de reconnaître “officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël” a suscité une vague de condamnations au sein de la communauté internationale.