StopCovid, l’application de traçage des cas positifs au Covid-19 lancée mardi en France

StopCovid

Après avoir reçu l’aval du Parlement et de la Commission nationale de l’information et des libertés, l’application StopCovid, permettant le traçage des personnes positives au Covid-19 devra être lancée mardi en France qui entamera le même jour la phase II de son déconfinement avec des assouplissements des mesures, a annoncé le gouvernement.

L’application de traçage StopCovid, destinée à repérer la propagation du coronavirus, “devrait finalement être disponible à partir du 2 juin”, selon le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O. “Mardi midi, les Françaises et les Français pourront (…) trouver l’application et la télécharger” sur leurs téléphones », a indiqué le secrétaire d’Etat français dans des déclarations relayées, lundi, par les médias de l’Hexagone.

“Nous sommes actuellement en train de pousser l’application sur les stores (boutiques d’applications) d’Apple et Google” mais “il y a un temps de revue”, a-t-il expliqué.

L’application a pour but de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination de prévenir ceux qu’il a croisés dans les deux semaines précédentes, pour qu’ils puissent prendre leurs précautions. “On a besoin qu’un maximum de gens l’ait” et “ce qu’on vise d’abord se sont les personnes qui vivent dans les villes parce que ce sont elles qui font circuler le virus”, a indiqué Cédric O.

“Dès les premiers téléchargements, l’application évite des contaminations”, a défendu Cédric O, citant des études épidémiologiques.


Selon lui, StopCovid sera “quasiment un nouveau geste barrière”, avec le lavage des mains ou le fait d’éternuer dans son coude et a appelé les collectivités à faire la promotion de l’application, comme elles le font pour les gestes barrières.

Mercredi dernier, les deux chambres du Parlement français (Assemblée nationale et Sénat) avaient donné leur feu vert à cette application de traçage numérique, lors de votes consultatifs et symboliques sans aucune valeur contraignante pour le gouvernement.

La veille, la Commission nationale de l’information et des libertés (Cnil) avait donné de son côté son aval en estimant que l’application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée, mais tout en formulant des recommandations pour sa mise en place.

L’application, qui suscite des craintes en ce qui concerne le respect de la vie privée, permettra d’identifier les chaînes de transmission de la maladie et retracer les déplacements des personnes malades du Covid-19 sur la base du volontariat, selon le gouvernement.


Fonctionnant sans géolocalisation, StopCovid, qui utilise la technologie Bluetooth permettant aux appareils électroniques de communiquer entre eux à courte distance, servira à prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner, d’après l’exécutif.