Suspension d’un contrat entre l’Algérie et une compagnie pétrolière américaine à cause de la situation politique du pays

Suspension d’un contrat entre l’Algérie et une compagnie pétrolière américaine à cause de la situation politique du pays

Par Saad Bouzrou

Les discussions entre la compagnie américaine « ExxonMobil » et la société d’hydrocarbures « Sonatrach » pour développer un champ de gaz naturel en Algérie ont été bloquées en raison de la situation politique du pays, rapporte dans son édition du lundi 18 mars le Wall Street Journal.

En mai 2018, Sonatrach avait annoncé l'acquisition de la raffinerie italienne d'ExxonMobil à Augusta, en Sicile. Depuis lors, les deux compagnies ont entamé des discussions dans le cadre de l'approfondissement des relations de coopération, notamment dans le domaine de l'exploitation des gisements

Mais le contrat que le géant pétrolier américain ExxonMobil voulait conclure a été gelé à cause des événements que connait actuellement l’Algérie, ainsi que l’avenir hypothétique du PDG Ould Kaddour à la tête de Sonatrach après le retrait du président Bouteflika. « Dès que Bouteflika quitterait le pouvoir, Ould Kaddour serait limogé », a déclaré à Reuters une source bien informée le mois dernier.

→Lire aussi : Algérie : le parti d’Ahmed Ouyahia estime que le pays est dirigé par des “forces non constitutionnelles”

D’après Reuters, des responsables des deux parties ont eu des entretiens la semaine dernière à Houston, au Texas, afin de trouver un accord, mais Exxon a choisi de suspendre les discussions, du moins temporairement, en raison de la vague de manifestations en Algérie contre le président Bouteflika. L'échec des négociations fait donc suite à des années de tentatives de Sonatrach d'attirer des sociétés étrangères pour développer ses ressources en pétrole et en gaz naturel.

Il est à noter que Bouteflika avait nommé Kaddour en mars 2017 pour redresser une société d'État frappée par des scandales de fraude et de trafic d’intérêts. Il a depuis lors réussi à rétablir des liens avec les grandes compagnies pétrolières, dont certaines avaient déjà fui l’Algérie en raison de conditions difficiles et de la bureaucratie.

→Lire aussi : 2ème round de Genève sur le Sahara : Ramtane Lamamra de quoi est-il le nom ?

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :