Tunis : la contribution de feue Fatima Mernissi à l’émancipation de la femme maghrébine

 Une pléiade de chercheurs et d’universitaires maghrébins ont mis en lumière, mercredi à Tunis, la riche contribution de la défunte sociologue et écrivaine marocaine Fatima Mernissi en tant qu’icône de la pensée féministe maghrébine.

S’exprimant lors d’une table organisée dans le cadre des journées du Maroc en Tunisie sous le thème “Combats de femmes maghrébines, Fatima Mernissi, l’œuvre et l’exemple”, ces universitaires ont souligné les contributions de Mernissi dans l’émergence d’une nouvelle pensée féministe caractérisée par l’audace et le rejet de la superstition.

Intervenant à cette occasion, l’ambassadeur du Royaume à Tunis, Latifa Akharbach a rappelé que Fatima Mernissi, une pionnière du mouvement féministe maghrébin, a été solidaire du mouvement féministe tunisien qui rencontrait beaucoup de difficultés et de restrictions de libertés.

Elle a souligné la riche contribution courageuse de Mernissi et son rôle dans l’émergence d’une pensée féministe maghrébine moderne, à travers notamment l’appel à l’adoption d’une approche critique du patrimoine religieux et culturel et des traditions pour faire émerger une culture de l’égalité et de la citoyenneté.


Fatima Mernissi a aussi posé avec beaucoup d’audace intellectuelle la question de l’Islam et de la démocratie, a ajouté Mme Akharbach, soulignant le rôle important joué par cette sociologue marocaine dans l’encouragement des femmes à l’écriture et à la publication des écrits de femmes pour influer sur les représentations sociales des rôles des femmes dans la société.

“Fatima Mernissi a eu un rayonnement mondial, car elle a posé la question de la femme en relation avec la problématique des droits de l’Homme et de la démocratie”, a-t-elle expliqué.

Pour sa part, l’universitaire et écrivaine tunisienne, Rachida Nefir a insisté sur la nécessité d’oeuvrer à transférer le patrimoine intellectuel de Fatima Mernissi aux générations futures, précisant que le collectif des journées féministes maghrébines veille à mettre la lumière sur les oeuvres des écrivaines maghrébines, dont feue Fatima Mernissi.

Rachida Al-Nefir, qui est également coordinatrice des Journées féminines maghrébines, a évoqué la possibilité de parler d’une école féministe de Fatima Mernissi, notant que sa pensée constitue un courant intellectuel indépendant et une source d’inspiration pour le mouvement féministe, notamment au Maghreb.


Elle a ajouté qu’en plus de ses ouvrages défendant la femme, Fatima Mernissi a contribué amplement à l’encouragement des autres créations féministes, considérant que la diversité qui caractérise ses ouvrages reflète clairement en fait la particularité de la pensée féministe maghrébine.

De son côté, Fatima Zahra Zriouel, professeur chercheur et écrivaine marocaine, qui a traduit de très nombreux ouvrages de Fatima Mernissi a mis l’accent sur l’apport de l’oeuvre de Mernissi à la pensée féministe maghrébine.

Elle a rappelé le souci de Fatima Mernissi à défendre la femme en mettant la lumière, dans ses oeuvres, sur la réalité de marginalisation et les missions assumées par ces femmes, en évoquant une multitude de figures féminines hautes en couleur.

L’importance de la pensée de Fatima Mernissi se manifeste aussi par la mise en place d’études méthodistes et modernistes sur la femme, la constitution de groupes de recherche sur les femmes et la famille, la publication de livres de référence sur les questions de la société marocaine et la création d’associations féminines.


Par la même occasion, l’universitaire tunisienne Hajar Kheniffer a donné une brève lecture sur la pensée de Fatima Mernissi ainsi que ses champs d’intérêt en sociologie familiale, sur l’image stéréotypée de la femme et la lutte des femmes contre la masculinité de la société.

Cette table ronde a été organisée dans le cadre des Journées Culturelles du Maroc en Tunisie, initiées par l’ambassade du Royaume du 5 au 19 décembre à Tunis et Monastir et dont le programme varié allie séquences artistiques à des débats et tables rondes, notamment sur les thématiques de l’éducation aux Droits de l’Homme, de la Citoyenneté et de la promotion de la condition de la femme.