Tunisie : l’âge de départ à la retraite des fonctionnaires porté à 62 ans

Tunisie : l’âge de départ à la retraite des fonctionnaires porté à 62 ans

L'âge de départ à la retraite en Tunisie passera de 60 à 62 ans pour les fonctionnaires, selon un projet de loi adopté mercredi par l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP/Parlement).

Adopté par une majorité absolue de 121 voix, le projet de loi relatif à l'amendement et au parachèvement de la loi de mars 1985 portant régime des pensions civiles et militaires de retraite et des survivants dans le secteur public, fixe l'âge du départ à la retraite à 62 ans, et à 57 ans pour les métiers pénibles.

Elle stipule aussi l'augmentation, à partir du mois consécutif à l'entrée en vigueur de la nouvelle législation, des contributions au titre des régimes de retraite à 3%, dont 2% sont à la charge de l'employeur, tandis que la contribution des employés estimée à 1% est prévue à partir de janvier 2020.

La nouvelle loi prévoit également d'augmenter d'une année l'âge de départ à la retraite pour les employés qui atteindront 60 ans à partir du premier juillet 2019 jusqu'au 31 décembre 2019, et de 2 ans, à partir du premier janvier 2020, pour les employés qui auront atteint 60 ans à compter de cette date.

→ Lire aussi : Une majorité de Français opposée à un report de l’âge légal de la retraite

Pour le ministre tunisien des Affaires sociales, Mohammed Trabelsi, cette législation permettra d'améliorer les conditions financières des caisses sociales, en particulier celles de la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS).

Elle contribuera, a-t-il dit, à fournir une meilleure qualité de services en faveur des retraités, soulignant que le dialogue social se poursuivra en vue d'adopter de nouvelles mesures de réforme à même d'apporter l'équilibre financier des caisses sociales en Tunisie.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’une série de réformes structurelles recommandée en 2018 par le Fonds Monétaire International (FMI) au gouvernement tunisien portant notamment sur le recouvrement des impôts, la mise en oeuvre les départs volontaires de fonctionnaires, de ne pas accorder de nouvelles augmentations salariales sauf si la croissance s’avère supérieure aux prévisions et le relèvement des prix des carburants chaque trimestre.

" Les autorités ont accru le financement à court terme du système de sécurité sociale. Cela devrait être suivi de réformes équitables et durables du système des retraites. L’achèvement de la base de données sur les ménages vulnérables, qui est essentielle pour bien cibler l’assistance sociale, contribuera à préserver le contrat social", précise le FMI dans un communiqué.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :