Une médaille pour les soignants : le geste qui fait polémique en France

En première ligne dans cette lutte acharnée qui dure depuis maintenant près de cinq mois, le personnel soignant n’a pas ménagé ses efforts et a travaillé sans répit pour sauver les vies de milliers de personnes. Cumulant parfois des semaines de travail de 60h avec nuits de garde, ces derniers se sont vu proposer une « médaille de l’engagement » par le gouvernement français. Une récompense qui date des années 1880 pour récompenser les personnes qui ont lutté durant la crise du choléra. Mais cette proposition passe mal dans le milieu médical.

« Nous dire : on vous donne une médaille, c’est se foutre de nous »
Avec près de 30.000 décès, la France figure parmi les pays qui ont été les plus touchés par la pandémie. Affaibli physiquement mais aussi psychologiquement, le personnel soignant se bat, depuis des années maintenant, pour bénéficier de plus de moyens financiers et matériels dans les hôpitaux. En effet, les salaires auraient été gelés, depuis maintenant près de dix années. Le pays figure à la 26eposition sur les 29 pays de l’OCDE en termes de moyens hospitaliers. Dénonçant ainsi les coupes budgétaires de ces dernières années, le “trou de la sécu” qui atteint un niveau historique, le personnel soignant exprime sa colère.

Aussi symbolique que celle-ci puisse paraître, la “médaille de l’engagement” proposée par le gouvernement pour honorer le personnel soignant ne fait alors pas l’unanimité. D’autres propositions de chèques-vacances et de dons de journées de congés provenant d’autres services ont également mis le feu aux poudres : « On ne veut pas de charité ni de médaille. Nous dire ‘On vous a applaudis, on vous donne une médaille’, c’est se foutre de nous” déclaraient des soignants à l’antenne de l’émission Quotidien. La porte-parole du gouvernement évoque un malentendu, selon elle, il s’agit d’une façon de témoigner la reconnaissance de la Nation. Elle a également rassuré le corps médical en promettant un plan d’investissement massif dans l’hôpital ainsi que des primes pour le personnel.

De l’hommage national prévu lors du défilé du 14 juillet, le gouvernement a également opté pour une prime exceptionnelle. Ainsi, un décret paru le 15 mai prévoit les modalités et les montants de cette récompense. Le personnel des régions les plus affectées se verra allouer une prime de 1500 euros. Pour les régions les moins touchées, elle sera de 500 euros. Pas sûr que ces offres réconfortent les soignants épuisés et qui réclament des recrutement et des moyens matériels depuis maintenant plusieurs années, pour sauver davantage de vies.