Urgence climatique : Les Panafricaines sont les « porte-voix » de l’Afrique

les Panafricaines

« Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement » est le thème de la 3e édition du Forum des femmes journalistes d’Afrique « les Panafricaines ». Cet événement s’est ouvert le 6 mars 2020, réunissant plus de 300 journalistes issues des 54 pays du continent africain pour débattre des questions climatiques.

Cette édition aspire à renforcer les capacités des Panafricaines souhaitant développer une expertise sur les questions climatiques et environnementales, à travers plusieurs ateliers thématiques, axés sur la transition énergétique, les défis d’une gestion rationnelle des ressources hydriques, l’agriculture durable, l’impact sanitaire des changements climatiques…etc.

Selon le Directeur général de 2M, Salim Cheikh, ce rendez-vous se positionne à l’intersection des trois vocations stratégiques de 2M, qui sont le rayonnement du Maroc et du continent, la mise en valeur des femmes et la protection de l’environnement.

L’Afrique, qui contribue pour moins de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, constitue la première victime du changement climatique. Dans ce sens le DG de 2M a souligné que l’enjeu des « Panafricaines », c’est d’amorcer un changement de paradigmes sur le plan continental, de dégager une vision commune et surtout de faire évoluer les perceptions liées aux réalités du continent.

« Grâce au succès des deux premières éditions et à la mobilisation des Panafricaines dans toute l’Afrique, ce sont aujourd’hui de véritables plans d’actions concrets qui sont menés chaque année, par des journalistes qui ont créé des liens professionnels et humains, qui les rendent plus fortes individuellement et collectivement », a-t-il poursuivi.


Pour sa part, la présidente du Comité permanent des Panafricaines, Fathia El Aouni a fait remarquer que « la migration climatique touche des millions de personnes chaque année, soit 60.000 personnes par jour. Nous avons choisi le climat parce que c’est un sujet d’actualité, et parce que notre continent est directement concerné. Nous allons aller sur le terrain et nous allons réaliser des reportages, nous allons mettre en avant les initiatives qui sont et qui seront menées en Afrique ».