URGENT : Quand les Marocains bloqués à Algésiras en appellent à la compassion de Sa Majesté le Roi

Marocains

Un cri de détresse nous arrive ce matin d’Algésiras … émouvant et déchirant.

Ils sont une centaine de Marocains qui se retrouveront dans les rues à partir de demain. C’est la panique mêlée à l’amertume et à la déprime. Le sentiment qu’ils ont aujourd’hui est qu’ils sont abandonnés par leur pays. Il est vrai que le coronavirus a secoué toute la Terre, il est vrai que ce maudit virus a fait que tous les Etats se referment sur eux-mêmes, sans crier gare, mais nos compatriotes n’ont pas cherché à se retrouver dans cette situation cauchemardesque.

Et parce qu’ils ont eu le malheur de se retrouver en Espagne, au mauvais moment, et donc n’ont pas de carte de séjour pour qu’ils puissent bénéficier des aides et des mesures prises par les autorités espagnoles, aujourd’hui, ils s’inquiètent pour leur sort et se demandent s’ils ne sont pas oubliés par le gouvernement marocain.

Les frontières ont été fermées mais il faut que nos cœurs ne le soient pas.


Certes, le consulat les a pris en charge pendant cette « assignation à résidence » en leur assurant hébergement et nourriture, mais il n’a jamais pu les rassurer quant à un éventuel rapatriement. Magistrats, journalistes, fonctionnaires, femmes au foyer, étudiants, tous se retrouvent dans le même calvaire sans que le bout du tunnel ne se fasse voir. Certains d’entre eux qu’on a pu contacter nous ont décrit leur désarroi face à cette situation où femmes enceintes, enfants en bas âges, personnes diabétiques et couples ayant confié leurs enfants aux voisins, ne croyant pas que leur voyage d’un weekend allait devenir interminable, se retrouvant sans moyens financiers pour faire face à leur détresse actuelle et future, s’affolent.

Depuis qu’ils se sont retrouvés dans cette situation hallucinante, le 12 mars, sans préavis, ils n’ont cessé de frapper à toutes les portes qui leur sont restées fermées.

Aujourd’hui, et après avoir contacté le ministère des Affaires étrangères, ils ont été redirigés vers une cellule de crise qui n’a fait que raviver leurs craintes et leur incertitude quant à leur devenir. « On ne peut rien vous dire pour le moment. Comme vous le voyez certainement, aux infos, c’est dit ‘’jusqu’à nouvel ordre’’, donc il faudra attendre que les frontières soient ouvertes pour que vous puissiez regagner le Maroc. ikoune kheir inchaallah », répond un membre de la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères. A la question de la citoyenne marocaine qui demande ce qu’adviendra d’eux dès demain, la réponse est juste hallucinante : « Je ne peux rien vous dire madame, prenez contact avec le consulat et l’ambassade qui sont agréés par le ministère des Affaires étrangères. C’est à eux de réagir ». La fameuse cellule qui est censée rassurer et aider à trouver des solutions rajoute à l’affolement des oubliés d’Algésiras. Donc ceux qui sont habilités à trouver une solution se renvoient la balle.


Aujourd’hui, dans l’égarement total, nos concitoyens implorent Sa Majesté le Roi afin qu’il intervienne pour que cesse leur cauchemar collectif qui risque de se transformer en un scénario de Marocains sans abris, réfugiés.

Tous les autres touristes et ressortissants d’autres pays ont été rapatriés, alors pourquoi pas eux ? L’Etat leur doit cela en tant que citoyens marocains. Ne faudrait-il pas les sauver le plus tôt possible ?

Nous autres, citoyens marocains, n’avons pas le droit de fermer les yeux parce qu’ils vont se retrouver à la rue maintenant que les autorités espagnoles ont décidé la fermeture des hôtels. Les citoyens marocains sont connus par leur débrouillardise mais là, c’est une crise mondiale et c’est à l’Etat de les protéger et de les rapatrier pour leur garantir leur dignité. Une période de confinement de 15 jours a été respectée et aucun cas n’a été déclaré.


Une décision royale ne peut en aucun être transgressée aussi nos concitoyens en appellent-ils au grand cœur de Sa Majesté, toujours à l’écoute des préoccupations de ses citoyens, lui qui a toujours fait de la préservation de la dignité des Marocains une priorité.

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…