ban600
Voeux

Balance des paiements: Déficit du compte des transactions courantes de plus de 34 MMDH

Balance des paiements: Déficit du compte des transactions courantes de plus de 34 MMDH

La balance des paiements enregistre un déficit du compte des transactions courantes de 34,7 milliards de dirhams (MMDH) à fin novembre 2017, contre 24,4 MMDH durant la même période un an auparavant, indique l'Office des changes.

Cette évolution est due à l'augmentation du déficit des transactions au titre du revenu primaire (-6,4 MMDH) et des transactions de biens (-1,6 MMDH) et dans une moindre mesure à des baisses des excédents au niveau du revenu secondaire (-1,7 MMDH) et des services (-0,6 MMDH), explique l'Office des changes dans une note sur ses indicateurs mensuels des échanges extérieurs de novembre 2017.

Par conséquent, le déficit du compte courant est financé par les flux nets de capitaux au titre des investissements directs, des crédits commerciaux, des prêts, ainsi que par recours aux avoirs de réserve de l'Institut d'émission, selon la même source.

Concernant la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, elle fait ressortir une situation nette débitrice de 691,3 MMDH contre -705,5 MMDH à fin juin 2017, relève la note, précisant que cette situation résulte principalement de la hausse de l’encours des avoirs financiers (+13,8 MMDH), conjuguée à une quasi-stabilité de l'encours des engagements financiers.

Cette quasi-stabilité de l'encours des engagements financiers, poursuit la même source, s'explique par l'augmentation de 3,1 MMDH de l'encours des investissements directs étrangers compensée par la baisse de 4,1 MMDH du stock de la composante "autres investissements". La hausse du stock des avoirs financiers (370,3 MMDH à fin septembre contre 356,5 MMDH à fin juin 2017) est due essentiellement à l'accroissement de 17,7 MMDH de l'encours des avoirs de réserve et de 1,3 MMDH du stock des investissements directs marocains à l'étranger. En revanche, l'encours de la composante "autres investissements" diminue de 5,1 MMDH.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire