ban600

La station d’épuration de Kénitra mise en service en 2018

La station d’épuration de Kénitra mise en service en 2018

La station d’épuration de Kénitra d’un investissement de près de 600 millions de dhs sera mise en service 2018, a annoncé vendredi le directeur général de la Régie autonome intercommunale de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide de Kénitra (RAK), Fouad Hajji.

Ce projet assuré par les fonds propres de la RAK et en partie par le programme national d’assainissement (PNA) contribuera à réduire la pollution dans le bassin de Sebou, a souligné M. Hajji, lors d’une tournée effectuée aux chantiers des projets phares contribuant à la préservation de l’environnement, à savoir la station d’épuration (STEP), la station de pompage Haj Mansour et le collecteur principal.

Accompagné de responsables de la RAK, d’ingénieurs des projets, d’acteurs associatifs actifs dans le domaine de l’environnement et de journalistes, le DG de la Régie a rappelé que le démarrage effectif des travaux au niveau de la station d’épuration des eaux usées a eu lieu en juin 2015 et que le taux d’avancement en travaux de génie civil a atteint 50%.

La STEP de Kénitra est un projet qui vise à éliminer les rejets directs des eaux usées des Villes de Kénitra, Mehdia et de la commune rurale de Sidi Taibi dans l’oued Sebou et à traiter les eaux usées interceptées avant leur évacuation, a-t-il affirmé, ajoutant que la STEP fait partie du plan stratégique de développement intégré et durable de la province de Kénitra 2015-2020, lancé par SM le Roi Mohammed VI en avril 2015.

La station d’épuration est de type boues activées avec production de biogaz et traitant un débit qui s’élève à 92.000 m3/j à l’horizon 2030, selon un document de la régie.

M. Hajji à également souligné que l’efficacité énergétique est fortement présente dans la conception du projet, à travers la cogénération du biogaz et les panneaux photovoltaïques pour satisfaire environ 50% de ses besoins en énergie électrique, notant que cette station est la troisième structure mise en place au niveau national, après celle de Fès et Marrakech. Une visite a été également organisée à la station de pompage Haj Mansour (Kenitra), dont l’état d’avancement des travaux a atteint 9%.

Il est à noter qu’au niveau du quartier Haj Mansour, le réseau d’assainissement liquide présente des anomalies liées essentiellement au déversement des égouts dans la nature. Afin de résoudre ce problème et d’améliorer les conditions d’hygiène des populations, la RAK poursuivra son programme de réhabilitation des stations de relevage au cours de l’année 2017.

Par ailleurs, des explications ont été fournies sur le chantier de réalisation du collecteur Fb (tranche3), dont le taux d’avancement avoisine 98%.

La construction de ce collecteur rentre dans le cadre du projet de délestage du collecteur principal du bassin dont le but est l’amélioration du drainage des eaux pluviales au niveau de ce bassin de façon à éviter en cas de fortes précipitations les débordements le long du collecteur.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire