Affaire Mouhcine Fikri : Compassion d’un Roi et détermination à établir la vérité et à punir les responsable

La nouvelle du décès de Mouhcine Fikri dans des circonstances tragiques, vendredi 28 octobre à Al Hoceima, broyé par une benne, a suscité une très forte émotion au Maroc. Cet accident a provoqué également une profonde tristesse et une grande souffrance chez Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui, une fois informé du drame, s’est empressé de dépêcher immédiatement sur les lieux le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad ainsi que le ministre délégué au même département, Charki Draiss.

Le Souverain a donné aux deux émissaires ses hautes instructions pour exprimer à la famille des victimes ses condoléances attristées et sa compassion. Par la même occasion, Sa Majesté le Roi a informé la famille et les proches du défunt qu’il prenait en charge les frais afférents aux funérailles de Mouhcine Fikri. Le ministre de l’Intérieur a ainsi rapporté les paroles du Souverain et sa détermination de faire la pleine lumière sur ce drame. « Je suis chargé de dire à la famille du défunt que le Roi ne peut pas accepter que ce genre de situation se déroule de cette manière ni faire comme si rien ne s’était passé », a affirmé Mohamed Hassad.

Dans le même esprit, le ministre de l’Intérieur a déclaré que Sa Majesté Mohammed VI a ordonné la mise en œuvre d’une enquête diligente et rigoureuse, ne souffrant aucune ambiguïté, et devant être menée jusqu’au bout, sans concession. Le ministre a informé la famille du défunt des Hautes Instructions royales pour « qu’une enquête minutieuse et approfondie soit diligentée et pour que des poursuites soient engagées contre quiconque dont la responsabilité serait établie dans cet incident, avec une application rigoureuse de la loi à tous, pour servir d’exemple à toute personne qui aurait failli ou manqué à ses missions et responsabilités ».

Autrement dit, hautes instructions royales ont été explicitement données pour faire l’entière lumière sur ce drame et faire éclater la vérité, ainsi que les responsabilités qui en découleront. En d’autres termes, personne n’est au-dessus de la loi, quelque soit son statut. Le Roi parle de « déterminer les responsabilités » et son souhait le plus radical est de voir la justice aller jusqu’au bout dans sa procédure et, par la suite, d’appliquer la loi. Le ministre a par ailleurs ajouté: «Le Roi ne veut pas que ce genre d’accidents se répète. C’est pour cela que cette enquête ira loin et que les personnes coupables seront sanctionnées».


Il convient de rappeler que la tragédie du vendredi dernier, causant la mort du poissonnier Mouhcine Fikri, dont les conclusions définitives de l’enquête établiront les conditions, a fait « flamber » les réseaux sociaux, chacun y allant de son couplet et de « sa vérité ». Les médias algériens, pour leur part, sacrifiant à leur habituelle haine antimarocaine et au réflexe pavlovien de manipulation , s’en sont emparés pour y voir non sans joie maligne, une sorte de deuxième « 20 Février », voire « la main du Makhzen »… Comme disait Thomas Mazaryck, « La vérité vaincra » !

Hassan Alaoui est le Directeur de la publication de « Maroc diplomatique » , il a dirigé pendant de longues années la rédaction du quotidien « Maroc Soir » et du « Matin » . Il a été aussi éditorialiste des mêmes titres. Il a collaboré à plusieurs autres titres de presse. Auteur du livre « Guerre secrète au Sahara occidental », il suit et analyse pour nous l’actualité politique, nationale, régionale et internationale.