Algérie: Mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de Khaled Nezzar et son fils

Le tribunal militaire de Blida a lancé, mardi, des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de l’ancien ministre de la Défense, Khaled Nezzar, son fils Lotfi, gérant de la société de la télécommunication SLC et Farid Benhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie, rapporte la télévision publique «ENTV».

Les trois mis en cause sont poursuivis pour «complot et atteinte à l’ordre public», selon la même source qui rappelle que Khaled Nezzar avait été entendu comme «témoin» le 14 mai dernier par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida dans l’affaire impliquant Said Bouteflika, les généraux à la retraite Toufik et Tartag ainsi que Louisa Hanoune.

Selon l’ENTV, Khaled Nezzar, Lofti Nezzar et Farid Benhamdine sont poursuivis en vertu des articles 77 et 78 du Code pénal ainsi que de l’article 284 du Code de justice militaire.

L’ancien ministre de la Défense a été laissé libre à l’issue de cette audition et a, par la suite, quitté l’Algérie en compagnie de son fils Lotfi.

→Lire aussi : Deux anciens ministres algériens placés en détention provisoire


Depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril dernier, la justice algérienne a ouvert une série d’enquêtes pour corruption, visant plusieurs anciens hauts responsables et plusieurs hommes d’affaires.

Ainsi, le Parquet général de la Cour d’Alger avait transmis au procureur général de la Cour suprême le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la Gendarmerie nationale pour des faits à caractère pénal, à l’encontre de plusieurs ex-hauts responsables dont les anciens Premier ministres Sellal et Ouyahia.