Ambassade du Japon : Exposition “Les Poupées du japon”

Poupées
Poupées

Depuis les temps anciens et dans tous les pays du monde, les poupées ont été créées comme représentation des esprits à vénérer, comme objets servant à écarter les mauvais sorts, comme jouets, ou tout simplement comme objets de décoration.

Avec une diversité particulièrement riche de ses poupées, le Japon a su préserver ses traditions ancestrales de fabrication jusqu’à aujourd’hui.

L’origine des poupées japonaises est très ancienne puisque les premières d’entre elles seraient apparues dans la période Jomon, environ 3000 ans avant Jésus-Christ. Et c’est à l’époque Edo (1603-1867) que les poupées ont connu une importante diversification pour ses formes, styles et rôles.

En effet, l’époque Edo, une longue période de stabilité politique, a permis l’épanouissement et le raffinement des différentes formes artistiques et artisanales traditionnelles japonaises, notamment les poupées dont l’aspect décoratif est devenu plus important que celui de la croyance populaire, avec l’apport de nouvelles matières et de techniques perfectionnées.

Les poupées japonaises sont faites en bois, en papier, en tissu ou en terre cuite, en utilisant diverses techniques afin de créer une beauté d’expression dans une harmonie riche en couleurs. Ce raffinement artistique a permis aux poupées japonaises de sortir de son statut de simples jouets, et d’occuper un genre à part entière dans le domaine de l’artisanat traditionnel japonais.


  1. Les poupées de fêtes

(1) Les poupées Hina

Le 3 mars de chaque année, les Japonais célèbrent en famille la « Fête des Filles » (ou « Fête des Poupées Hina ») pour souhaiter que les petites filles grandissent en bonne santé en exposant dans leur maison un ensemble de poupées appelées « Poupées Hina ».

Ces poupées sont habillées en costumes de la Cour Impériale de la période Heian (794 – 1185) et sont placées sur des étagères en escalier couvertes d’étoffe rouge. La taille des poupées et le nombre des rayons varient suivant les modèles, mais habituellement, les expositions se composent de cinq ou sept étagères. Il est aussi courant de trouver des décorations d’un seul rayon avec les poupées représentant l’Empereur et l’Impératrice.

  • Ishôgi, Shinnô-kazari – Poupées nobles » : Poupées Hina, Empereur et Impératrice, aux costumes en tissus.
  • Kimekomi Tachibina – Poupées Hina en position debout » : C’est une représentation moderne de la forme la plus ancienne des Hina, Tachibina, poupées Hina en position debout, confectionnées en utilisant la technique de Kimékomi (paragraphe 5).

(2) Les poupées du mois de mai


La « Fête des Garçons » est une fête aussi ancienne que celle des filles, célébrée le 5 mai de chaque année pour souhaiter que les petits garçons grandissent en bonne santé. A cette occasion, on expose des poupées de guerriers (Samurai), des héros légendaires ou des reproductions en miniatures de casque et d’armure qui représentent la force.

Les poupées peuvent être disposées seules ou faisant partie d’un ensemble constitué d’autres accessoires comme l’arc et les flèches, le sabre, les tambours, etc… (Egalement à l’occasion de cette fête, de grandes carpes en tissus de plusieurs mètres, noire et rouge, sont hissées sur le poteau devant les maisons. Les carpes sont le symbole de la réussite, car on dit qu’elles arrivent à remonter les torrents à contre-courant, même les plus rudes.)

  • Première bataille » : une poupée représentant un enfant–général, quelques fois avec ses armes, ses soldats, ses tambours exposés en escalier.
  • Kintarô » : Héros d’un conte populaire du Japon, Kintaro est un garçon qui a une force physique extraordinaire et arrive à battre un grand ours. Il deviendra un samouraï courageux.
  • Shôki » : Une divinité d’origine chinoise qui écarte les mauvais esprits.
  • Jinmu-tei » : L’empereur Jinmu est le premier empereur du Japon. La légende japonaise raconte qu’un milan (un oiseau rapace) doré était perché à la pointe de la longue canne de l’empereur, aidant l’empereur à forcer les ennemis à capituler en émettant des rayons lumineux.
  1. Les poupées représentant les personnages du théâtre classique

(1) Les poupées représentant les acteurs du théâtre Nô

Le Nô, créé vers la fin du 14e siècle, est un théâtre classique japonais caractérisé par un raffinement extrême et un symbolisme très poussé. Les acteurs du Nô portent souvent des masques, et leurs costumes, d’étoffe riche et aux lignes d’une sévère simplicité, sont hautement stylisés.


  • Okina – Vieil homme » est le titre d’une pièce de Nô dans laquelle un vieil homme à la barbe blanche danse pour célébrer la paix dans le monde.
  • Hanagatami » est le titre d’une pièce de Nô, dans laquelle une jeune femme est à la recherche de son amoureux, portant un panier de fleurs qui est un souvenir des jours passés auprès de lui.

(2)Les poupées représentant les acteurs du théâtre Kabuki

Le Kabuki est également un théâtre classique japonais créé à la fin du 16e siècle. Il s’est surtout développé et popularisé pendant l’époque Edo. C’est un genre théâtral très animé aux décors et aux costumes extravagants constituant une beauté spectaculaire.

  • Shakkyô » est le titre d’une danse exécutée au théâtre Kabuki. C’est la danse du lion père à la crinière blanche et du lion fils à la crinière rouge vivant dans une région rude de montagnes élevées et de vallées profondes. Cette danse est dédiée à l’amour entre parents et enfants.

(3)Les marionnettes du théâtre Bunraku

Le Bunraku, ou Ningyô-Jôruri, est le théâtre classique de marionnettes apparu au début du l’époque Edo qui a beaucoup influencé le théâtre Kabuki.


  • Osomé Hisamatsu » est le titre d’une pièce sur l’histoire d’amour tragique entre Osomé, une jeune fille d’une famille bourgeoise, et Hisamatsu, un serviteur. C’est une pièce très appréciée par les Japonais.
  1. Les poupées de costumes

Ce sont des poupées de décoration aux costumes minutieusement travaillés qui montrent assez fidèlement les habitudes vestimentaires traditionnelles du Japon : les poupées sont habillées en Kimono (la robe) et en Obi (la ceinture large). Chaque partie nécessite des techniques différentes de fabrication. C’est pourquoi, les poupées de costumes sont confectionnées par plusieurs artisans : artisans spécialistes de tête, spécialistes de mains et pieds, spécialistes de costumes, spécialistes d’accessoires miniaturisés.

(1) Les poupées Oyama

Ce sont des poupées représentant des personnages féminins du théâtre de Kabuki ainsi que d’autres femmes de différentes classes sociales.

Danses traditionnelles du théâtre de Kabuki :


  • Fuji-musumé » est l’Esprit de glycine qui a pris l’apparence d’une jeune fille.
  • Dôjôji » est le titre d’une danse où une belle princesse exprime son amour ardent envers son amoureux.

Représentation d’autres femmes japonaises :

  • Geigui » représente une belle Geisha (une dame de compagnie pour les banquets, une artiste aux multiples talents) de l’époque Edo.
  • Koto » représente une jeune fille élégamment habillée qui joue une cithare japonaise, koto.
  1. Oshié Hagoita

Ce sont des raquettes Hagoita du jeu de badminton japonais Hanétsuki avec des décorations en relief Oshié, silhouette en papier épais recouvert de tissu en soie et rembourré de coton, représentant des personnages du théâtre Kabuki.

  • Mé-gumi no Tatsugoro » représente le chef des pompiers Tatsugoro de la ville d’Edo (nom ancien de Tokyo avant 1867). Il porte l’enseigne utilisée pour alerter les citadins de la présence d’un incendie dans le quartier. Il s’agit d’une scène d’un drame Kabuki bien connu.
  • Shiokumi » est le titre d’une célèbre danse de Kabuki, littéralement « puiser de l’eau au bord de la mer ». Dans une scène d’une célèbre pièce de Kabuki, l’héroïne s’habille en costume de chasse de son amant absent et danse pour exprimer son amour pour lui.
  1. Les poupées Kimekomi

Ces poupées sont d’abord sculptées dans du bois. Puis, des bouts de tissus sont collés à la surface du corps en insérant les bords dans les rainures préalablement ciselées aux endroits où les vêtements présentent des plis et coutures, donnant ainsi l’aspect d’un vêtement porté.

  • Shirabé – Mélodie » : Une petite fille portant un costume du style antique joue le luth japonais, biwa.
  • Tsurézuré – En faisant passer le temps » : Une jeune femme de l’époque Edo faisant de la lecture pour tromper son ennui.
  1. Les poupées Gosho

Les poupées Gosho représentent principalement des petits garçons bien potelés et presque nus. Pour la confection de ces poupées, une sculpture soit en bois massif, soit en papier mâché, soit en sciure de bois moulée est utilisée. Puis, la poudre de coquille d’huître mélangée à de la colle y sont appliquées en plusieurs couches. Quelquefois, les yeux en verre sont collés au visage avant l’application de ces couches. Après polissage de la surface, le nez, la bouche, les yeux s’ils ne sont pas en verre, et autres détails sont peints.


  • Haïhaï – Bébé à quatre pattes » représente un bébé qui vient juste d’apprendre à ramper.
  • Taï mochi – Portant une dorade » représente un petit enfant au chapeau doré portant une dorade, poisson qui apporte bonheur, servi à l’occasion des heureux événements.
  1. Les poupées Ichimatsu

Ce sont des poupées avec lesquelles les enfants jouaient autrefois, avant l’arrivée des poupées en celluloïd ou en plastique. Les bras et les jambes peuvent bouger, et on peut changer leurs habits. L’une des explications donnée à la dénomination « Ichimatsu » de ces poupées est qu’elles étaient créées à l’image de l’acteur de Kabuki de l’époque Edo, Sanogawa Ichimatsu qui jouait des rôles de jeunes hommes et de jeunes filles.

  • Osuwari ningyô » : Poupée garçon en position assise
  • Miyasama ningyô » : Poupée représentant un enfant de la famille impériale
  • Tôrei ningyô utsushi – Ichimatsu ningyô » : C’est une copie de la poupée qui a été offerte au gouvernement des Etats-Unis par le gouvernement du Japon en 1927 en signe d’amitié.
  • Ichimatsu ningyô, fille et garçon » : Poupées fille et garçon en costumes de cérémonie (posées à côté des Poupées Hina du paragraphe 1)
  1. Les poupées représentant les scènes de jeux d’enfants
  • Buriburi » : un garçon avec un jouet d’un jeu ancien de l’époque Edo, où l’on s’amuse à frapper une balle avec un marteau en bois Buriburi.
  • Kotoro » : l’enfant qui a été désigné l’attrapeur, essaie d’attraper le dernier de la file qui lui fait face.
  1. Les poupées Hakata

Ce sont des poupées en terre cuite et peinte, fabriquées dans la région de Hakata, au sud du Japon.

  • Dohyô-iri » : C’est un yokozuna, champion de sumo, qui exécute les gestes de cérémonie de l’entrée sur le terrain du jeu.
  • Warabé-jishi » : un enfant joue avec Shishigashira, la tête à mâchoire articulée d’un lion imaginaire.
  • Mijitaku – Se préparant pour sortir » : une jeune femme qui se prépare pour sortir.
  1. Les poupées de création

Ce sont des poupées contemporaines où chaque auteur fait preuve de sa créativité.

  • « Komatsubiki – Jeu de déracinement des jeunes pousses de pins » par Katsushigé Hinohara : une femme de noblesse avec une jeune pousse de pin dans sa main. Parmi les nobles de l’époque Heian (794-1185), c’était un jeu du nouvel an d’aller ramasser les jeunes pousses de pins en les déracinant.
  • « Tôsenkyôtenshiki – Jeu  de  lancer  d’éventail  »  par  Hideyo  Tanaka :  une  femme  jouant élégamment au jeu de Tôsenkyô, jeu de lancer d’éventail, un jeu populaire de l’époque Edo.

(3)« Nagashi Bina – Poupées Hina à laisser voguer à la rivière » par Sachiko Ikeda : Une petite fille est sur le chemin pour aller à la rivière à la surface de laquelle elle déposera le panier contenant ses poupées Hina en papier, en priant pour le bonheur.


  • « Watashi no Takaramono – Mon trésor » par Akira Ueda : Une petite fille porte précieusement sa poupée en papier en forme d’une jeune femme habillée de kimono.
  1. Les Kokeshi

Les Kokeshi sont les figurines en bois originaires de Tohoku, région du nord-est du Japon. Cette région est réputée pour des objets artisanaux en bois travaillés au tour. Ces figurines de style traditionnel aux têtes presque sphériques et aux corps cylindriques sont confectionnées également au tour. Les têtes et les corps sont fabriqués séparément et assemblés par la suite. Elles ne sont pas creuses.

C’était pendant l’hiver où la neige et le froid empêchaient le travail aux champs, que les agriculteurs de cette région ont commencé à les fabriquer et les vendre comme objets de souvenir dans des stations thermales pour maintenir le niveau de leurs revenus. De nos jours, de nouveaux styles sont apparus grâce aux artisans de nouvelle génération à la recherche de créations originales.

Les Kokeshi de style traditionnel sont décorés sobrement.

Les Kokeshi de création ont des costumes et coiffures façonnés suivant l’inspiration de chaque artisan créateur.