Le programme “Mouwakaba”pour l’autonomie des pensionnaires des établissements de protection sociale

Le programme “Mouwakaba”, destiné aux pensionnaires des établissements de protection sociale ayant dépassé l’âge de 18 ans, vise à promouvoir l’autonomie de cette catégorie, a souligné, lundi à Rabat, la ministre de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, Bassima Hakkaoui.

Ce programme, qui s’inscrit dans le cadre du programme national de mise en œuvre des politiques publiques intégrées de protection de l’enfance, a pour objectif de doter les pensionnaires des établissements de protection sociale des compétences professionnelles et de consolider les services et les prestations destinés à leur profit, afin de les préparer pour la période post-établissement et les accompagner pour atteindre leur autonomie, a noté Mme. Hakkaoui lors d’un atelier de concertation dédié à l’élaboration du programme “Mouwakaba”, supervisé par le ministère de la famille.

Ce programme revêt une grande importance du fait que les enfants issus des établissements de protection sociale se retrouvent obligés de quitter ces établissement après l’âge de 18 ans et affrontent de nombreux problèmes, notamment pour les non-scolarisés et ceux sans compétences professionnelles, a-t-elle précisé.

“Nous travaillons depuis un an sur ce programme à travers la définition des engagements de l’ensemble des intervenants dans le cadre d’un partenariat responsable entre le département de la famille et les intervenants gouvernementaux, aux côtés des Associations actives dans le domaine de l’enfance”, a-t-elle indiqué, appelant à la nécessité d’impliquer les conseils territoriaux dans ce programme, afin d’accompagner cette catégorie.


Ce programme comprend plusieurs axes fondamentaux relatifs au cadre conceptuel et au développement des connaissances, l’accompagnement et la prise en charge avant 18 ans, l’accompagnement social et professionnel après 18 ans, la communication et la sensibilisation et la gouvernance institutionnelle, a fait savoir la ministre.

Au programme de cette rencontre, déclinée en deux sessions de travail, figuraient des exposés sur les expériences internationales dans le domaine d’accompagnement d’enfants dans les établissements après 18 ans (ministère de la Famille), l’expérience de formation et d’insertion professionnelle des enfants dans une situation difficile (le ministère de l’Éducation nationale), l’expérience d’insertion sociale des enfants dans les centres de protection d’enfance (ministère de la Jeunesse et des Sports) et l’expérience de l’intégration socio-économique des enfants en conflit avec la loi (Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus).

Les travaux de cette rencontre portaient également sur les expériences de certaines associations, notamment de l’association “Amis du Maroc” en matière de médiation sociale dans le domaine d’accompagnement des enfants pensionnaires des établissements de protection sociale, de l’association “Anir” dans la formation et la formation continue des cadres chargés de protection des enfants en situation difficile et de l’association “Initiative pour la solidarité sociale” dans l’insertion professionnelle et sociale des enfants issus des établissements de protection sociale.